Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pourquoi les conseils d'habitants sont aussi peu fréquentés ?

    La presse locale consacre ce matin tout un article au manque de fréquentation des conseils d'habitants.
    On sait que la période actuelle est peu propice aux essais de démocratie citoyenne et j'ai trop peu participé au conseil d'habitants, ayant multiplié les empêchements - avec je ne sais pourquoi, des réunions qui tombaient toujours aux mêmes heures que les conseils d'administration des lycées où je représentais la région - pour porter la critique.
    Mais autre période, autre pratique : j'ai assisté à la dernière réunion dans mon quartier, ce qui m'a, à vrai dire atterrée, et je réfléchissais à ce que je dirai à la prochaine réunion : l'article du jour m'invite à m'exprimer plus vite.
    C'est vrai que j'y avais été inquiète déjà : j'avais relu soigneusement la nouvelle charte qui vient d'être adressé aux membres des conseils d'habitants et j'avais découvert ce remarquable contresens : l'article 33 précise que "les membres du conseil ...inscrivent leurs actions dans le respect des valeurs de liberté, d'égalité, notamment dans sa dimension de neutralité politique et religieuse, et de fraternité. Je ne sais ce qu'est la neutralité politique ou tout du moins j'imagine bien ce que le maire a voulu sous entendre par là : éviter les débats politicards. Sauf que cela témoigne bien de sa conception de la politique : être pour ou contre une décision, car on soutient ou au contraire on s'oppose à celui ou celle qui l'a proposé. Mais c'est un remarquable contre sens : la politique c'est bien le débat sur les affaires de la cité et comment peut on faire fonctionner un conseil d'habitants, sans pouvoir parler du sujet même qui fonde les conseils d'habitants : comment améliorer le mieux vivre ensemble ?
    Et j'ai assisté à un one man show : l'adjoint en charge de la démocratie participative fait preuve d'une évidente bonne volonté. Sauf qu'il confond parler et faire ! Alors, il parle, parle, là où il devrait être pour écouter. Sans parler des exposés imposés, intéressants au demeurant, mais qui semblent plus être là pour meubler et éviter la parole des habitants que pour une quelconque efficacité : trois quart d'heures d'exposé sur les règles du tri des déchets à une trentaine ou quarantaine de personnes ont certainement peu d'impact sur l'amélioration du tri. Alors que des messages simples, utilisant les modes de communication de la ville, de l'agglo, les panneaux électroniques, le journal ... pourraient rappeler les principales erreurs commises à l'ensemble de la population. Par exemple, la taille minimum des déchets pouvant être mise au tri. Ce serait une ligne sur un panneau électronique et ça marquerait. Là j'ai évidemment oublié ce qui a été dit précisément : impossible de retrouver sur internet ...
    Un one man show pour défendre la politique de la municipalité.
    Sauf que personne n'a envie d'aller à un conseil d'habitants pour entendre que la ville fait tout bien, sans parler des interdictions faites d'aborder certains sujets et des leçons et promesses de répressions : on n'est plus à l'école maternelle.
    Car la meilleure gestion possible peut encore s'améliorer en écoutant des avis de tous : cela suppose une parole libre !
    Enfin, il est évident que les conseils d'habitants se cherchent, sans même parler de la transformation en conseil citoyen pour rentrer dans les cadres de la politique de la ville décidée par le gouvernement. Ce serait sans doute bien que les habitants disent de quoi ils ont envie de parler sans subir les ordres du jour de la mairie. Laissons un peu de suspens ... j'ai quelques propositions à faire, mais je veux bien en porter d'autres à la prochaine réunion !

    Catégories : Ardennes Lien permanent 0 commentaire
  • Soutien aux salariés de la SEFAC

    A la SEFAC à Monthermé, les salariés sont en grève depuis jeudi avec le soutien de la CGT. Dans cette entreprise qui fonctionne à plein régime, les salariés sont les oubliés de la réussite de l'entreprise : Ils réclament tout simplement l'ouverture des négociations annuelles obligatoires dans laquelle ils veulent inscrire une hausse des salaires de 10% pour rattraper l'inflation, le paiement des heures supplémentaires, des meilleures conditions de travail.
    Dans son refus de négociation, la direction de cette entreprise la prive même d'un accord sur l'égalité professionnelle femme/homme !
    La solidarité de tous les Ardennais doit s'exprimer dès lundi pour obliger la direction à des négociations !

    Catégories : Ardennes Lien permanent 0 commentaire
  • Hôpital de St Dizier : la population paie pour les banques !

    La cour régionale des comptes a publié il y a quelques jours son rapport sur l'hôpital de St Dizier. On y trouve ce que l'on trouve dans quasiment tous les rapports de la cour des comptes concernant des hôpitaux sur la paie des médecins, histoire de faire les choux gras de la presse locale et de masquer le reste et le reste, c'est que l'hôpital finance des banques ! Sans parler, l'air de ne pas y toucher, des allusions à l'avenir, un avenir en forme de GHT (groupement hospitalier de territoire) et de GCS (groupement de coopération sanitaire), bref concrètement de réduction de l'offre de soins si on ne se bouge pas !
    Je ne commenterai pas, pour rester sur l'essentiel, d'autres points intéressants, comme la vente de l'ancien hôpital, sans estimation des domaines. Pour lire le rapport dans sa totalité cliquez ici.
    Le banal d'un rapport de la cour des comptes !
    - tout est bon à prendre pour ceux qui veulent réduire les dépenses publiques, et la cour des comptes stigmatise l'accord local au moment de la mise en application des 35 heures comme trop bon pour les personnels : quand on sait la difficulté du travail hospitalier ! En plus les avantages n'ont pas l'air bien conséquent !
    - le grand truc : les médecins contractuels, intérimaires ... Effectivement, c'est indécent ! Sauf que quand un directeur d'hôpital n'a pas d'autres choix pour assurer la continuité du service public, on peut comprendre qu'il accepte. D'autant plus que l'absence de remplacements, la contrainte sur les équipes en place peut déstabiliser celles-ci, faciliter des départs, et fragiliser encore plus l'hôpital. Curieusement, on ne met jamais en cause ce que gagnent les médecins dans une clinique privée. Pourtant un anesthésiste dans le privé gagne facilement deux fois plus qu'un médecin dans le public en fin de carrière, que l'intérimaire le mieux rémunéré ... et souvent sans les aléas des urgences. Et les mesures contre les dépassements d'honoraires sont si timides !
    - enfin, la cour des comptes se permet de juger de l'activité médicale ! Les durées d'hospitalisation seraient trop longues, le taux de chirurgie ambulatoire pas assez élevé. Pourtant le rapport décrit brièvement les particularités du bassin de population, l'importance du taux de chômage. Mais la relation n'est pas faite ! Combien de personnes âgées isolées, car les enfants sont partis au loin chercher un emploi ? Derrière les chiffres se cachent ces réalités, la vie réelle, la misère trop souvent.
    Sans les intérêts payés aux banques, le budget de l'hôpital serait quasiment équilibré !
    Je résume : en gros 2,5 Millions d'euros de déficit annuel moyen, 2 M€ d'intérêts annuels payés aux banques sans compter les intérêts pour une ligne de trésorerie, dont le rapport laisse bien comprendre que les banques tiennent compte de la situation difficile de l'hôpital pour en majorer les taux !
    Soit moins de 500 000 € de déficit annuel sur un budget de près de 70 M€ (moins de 1% ; je n'ose affiner, mes chiffres étant arrondis, à la fois parce que certains ne sont pas dans le rapport, et puis pour plus de clarté).
    Rappelons : l'hôpital de St Dizier a été reconstruit, avec des fonds venant essentiellement d'un emprunt ! La nécessité pour un hôpital de devoir emprunter auprès des banques privées est un véritable scandale. D'ailleurs on peut même fort légitimement se poser la question du financement de ces travaux : ne serait-ce pas à l'Etat de payer ces investissements nécessaires à notre pays ? Les mécanismes actuels servent à enrichir les banques privées, qui, elles, s'alimentent auprès de la BCE à des taux quasiment nuls. En plus, à St Dizier, cela c'est plutôt mal passé puisque deux emprunts sont "à risque". Si cela vous intéresse, je vous laisse découvrir comment l'hôpital a renégocié l'un d'entre eux et comment le second reste une menace en allant voir ce rapport.  Mais la conclusion est claire : avec l'argent de nos cotisations de sécurité sociale, nous payons les banques privées !
    Et quand on parle de déficit, c'est aussi en incluant 2 M€ de remboursement de la dette chaque année. Bref, si l'hôpital n'avait pas été reconstruit, ou si, l'état avait joué le rôle qui devrait être le sien, l'hôpital serait excédentaire !
    Une suite en pointillé.
    Le rapport de la cour des comptes décrit le plan de retour à l'équilibre (PRE) demandé par l'ARS : 2,8M € économies par an : 1 M€ sur les personnels médicaux, le reste, 1,8M€ sur les personnels non médicaux. Il y a déjà eu 30 emplois supprimés entre 2010 et 2013. Combien le seront dans ce PRE ? On fait payer au personnel et donc, à travers la qualité des soins qui évidemment va en souffrir, à la population, les intérêts payés aux banques !
    Le début du rapport pointe l'absence de projet médical. Sauf qu'il n'en donne pas les causes. Car d'après ce que je sais, la volonté des médecins n'était pas celle de l'ARS. Et on ne peut que le comprendre. La volonté de l'ARS, c'était de mettre en place un GCS avec la clinique privée de St Dizier. On y a goûté à Charleville-Mézières. On sait comment cela détériore l'hôpital ! Et là, le projet était encore pire, puisqu'il n'y aurait plus eu de chirurgie dans un cadre public (et je vous passe les détails). L'ARS n'a pas dit son dernier mot !
    Dans son approche comptable, la cour des comptes se félicite de la fermeture de la maternité de Vitry le François et reproche le manque de coopération avec l'hôpital de Bar le Duc : des perspectives nouvelles sont ouvertes par la loi Touraine et la mise en place de GHT, des perspectives nouvelles pour des économies nouvelles et des suppressions d'activité à St Dizier ou à Vitry le François ou à Bar le Duc.
    Cela ne peut qu'inciter à la vigilance et à l'action : moins de proximité, c'est moins de santé ! Ce ne sont pas les comptables qui doivent avoir le dernier mot, mais la population.

    Catégories : Champagne Ardenne, santé Lien permanent 0 commentaire
  • Jules Fuzellier, maire communiste de Joigny, secrétaire de l'union départementale CGT, a été fusillé le 14 février 1942 à Caen par les allemands, après avoir été arrêté par la police française.

    L'histoire bégaie !!
    Jean Pol Bois a retrouvé le texte de l'intervention qu'il avait faite le 15 février 1992, au nom du PCF, pour la commémoration du cinquantenaire de la mort de Jules Fuzellier.
    La trouvant toujours d'actualité, il l'a illustré de photos : et voilà avec cette vidéo un riche document d'histoire, d'une histoire en résonance avec aujourd'hui.
    Ne pas céder à la haine, à la division, au racisme, c'était Jules Fuzellier.
    Le 14 février est la date anniversaire de sa mort, 2016 est le 70ème anniversaire de son inhumation à Joigny. Son nom ne figure toujours pas sur le mémorial de Berthaucourt, pas plus que celui de Lucien Sampaix. C'est choquant !

    Catégories : Ardennes Lien permanent 0 commentaire
  • Centres de santé et protection sociale au débat vendredi dernier

    photo050216.jpgDans le cadre de la convergence des services publics, les organisations participant à cette convergence dans le département (la CGT, le collectif de défense de l'hôpital de Charleville Mézières, ATTAC, le PCF, le PG et Ensemble !) avaient invité le Dr Limousin, directeur de la publication Les cahiers de santé publique et de protection sociale, pour une conférence débat sur la sécurité sociale.
    Plus d'une soixantaine de personnes y ont assisté. Michel Limousin est revenu sur l'histoire de la sécurité sociale, qui plonge ses racines dans le besoin ancestral de solidarité, concrétisé, à partir du programme du conseil national de la résistance par le ministre communiste Ambroise Croizat. La suite est une remise en cause progressive, voulue par le patronat, telle que par exemple, il n'y a plus d'élections pour la gestion des caisses de sécurité sociale et que le remboursement des soins est de l'ordre de 50% en dehors des affections graves (longue durée ou hospitalisation).
    L'avenir est celui que nous en ferons : tous les intervenants ont souligné que le combat pour la défense et la promotion de la sécurité sociale était prioritaire et que les attaques au nom du coût du travail étaient inacceptables alors que c'est le capital qui coûte !
    La nécessité d'un remboursement à 100% par la sécurité sociale est plus que jamais d'actualité, après l'avis du conseil constitutionnel limitant le tiers payant à la partie sécurité sociale, les mutuelles et la richesse de leurs militants ayant toute leur place dans d'autres activités que le remboursement, comme l'éducation à la santé par exemple.
    Mais c'est aussi toute la question du changement du travail qui a été en débat. Ce n'est pas une raison pour revenir sur le financement par les cotisations !
    Le collectif de défense de l'hôpital avait profité de la venue du Dr Limousin dans le département pour organiser avec l'ASMUP (association des soins médicaux urgents de la Pointe) une réunion d'information à Givet sur ce que c'est qu'un centre de santé. La bonne quinzaine de participants, malgré l'heure peu compatible avec les activités professionnelles (15 h), a été séduite par cette perspective, évidemment mise en lien avec le contrat local de santé qui vient d'être signé. Se tourner vers cette forme de prise en charge, plus sociale qu'une maison médicale, et libérant les médecins du lien d'argent avec les patients, est certainement porteuse d'avenir, quand seulement 8% des médecins sortant de leurs études se tournent vers un exercice libéral ! Il y aura des suites !

    Catégories : Ardennes, santé Lien permanent 0 commentaire