Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé et protection sociale

  • Retraites : une lutte de portée civilisationnelle !

    Rendez-vous le 5 décembre au parc des exposions de Charleville-Mézières à 13h30
    Macron, le président des ultrariches, comme le nomment Michel et Monique Pinçon-Charlot, n'a qu'un but : satisfaire l'avidité du capitalisme financier
        - en limitant à 14% du PIB la part des retraites publiques, limitant ainsi la part consacrée aux salariés dans la richesse produite, pour mieux gaver le capital
        - en favorisant ainsi le recours à l'assurance privée, aux fonds de pension et autres outils du capitalisme prédateur pour conforter les retraites.
    Ce n'est pas l'universalité !
    Mais la part belle à ceux qui pourront se payer une retraite complémentaire.
    C'est l'insécurité en vue !
    La conversion du point en retraite sera fonction de la conjoncture annuelle et des choix politiques
    C'est un paquet cadeau comprenant aussi la casse de l'hôpital public et de l'assurance maladie
    Une réforme de progrès c'est !
        - faire de l'allongement de la vie un progrès pour la société et non un coût
        - mettre un coup d'arrêt à l'avidité du capitalisme et orienter l'économie vers la satisfaction des besoins humains et des enjeux écologiques
    Il s'agit d'enjeux de civilisation !

    Concrètement c'est :
        - la retraite à taux plein à 60 ans
        - l'universalité par une harmonisation par le haut
        - pas de retraite inférieure au SMIC
        - la reconnaissance de la pénibilité et des sujétions de service public pour un départ anticipé

    Un financement en lien avec la transformation de l'économie pour mettre fin à la prédation du capital
        - la mise à contribution des revenus du capital. Les faire cotiser au même taux que les salaires, c'est 31 milliards d'€ pour la branche vieillesse, de quoi inciter le capital à plus investri que de boursicoter !
        - la modulation des cotisations pour augmenter la masse salariale, soutenir l'investissement pour les relocalisations et l'environnement
    Et en lien avec une sécurité d'emploi et de formation (les trimestres de formation, ça compterait !) et l'égalité salariale entre les hommes et les femmes

    Pour connaître les propositions du PCF
    Cliquez ici

    Catégories : santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • EHPAD dans les Ardennes : une responsabilité non assurée par le conseil départemental

    La CNSA (caisse nationale de solidarité pour l'autonomie) vient de publier une étude sur le prix des EHPAD en 2018 et leur comparaison avec 2017.
    On y découvre que les Ardennes figurent dans le tiers des départements les plus chers en ce qui concerne le prix médian des EHPAD publics : 1917 €. Avec un tarif médian de 2030€, les EHPAD privés à but non lucratif placent les Ardennes à la 57ème place et c'est en fait pour les EHPAD privés que le département est le mieux classé : à la 27è place mais avec un tarif qui, privé oblige, est évidemment plus élevé encore : 2438 €. Sans doute le privé a compris que pour remplir ses EHPAD dans le département, mieux valait tenir compte de la situation sociale !
    Le conseil départemental n'assure pas son rôle de solidarité et sa responsabilité vis à vis des personnes en perte d'autonomie.

    Catégories : Ardennes, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Le mépris du premier ministre et de la ministre de la santé pour l'hôpital public

    Les annonces du 20 novembre ne répondent en rien aux revendications de la population, fortement attachée à l'hôpital public, ni des personnels hospitaliers. Pour faire court, c'est uniquement 300 millions quand il en faudrait 4 ou 5 milliards et de nouveaux moyens de pression pour restructurer les hôpitaux comme le gouvernement l'entend, c'est à dire faire la part belle au secteur privé au détriment de l'accès aux soins pour toutes et tous partout.
    Cet article a pour but de décrypter les différentes mesures avant d'envisager le contexte politique et les perspectives avec en ligne de mire les journées de sensibilisation du 30 novembre et surtout d'actions du 5 et 17 décembre.

    Lire la suite

    Catégories : santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Des lits, des postes !

    La ministre de la santé tourne autour du pot pour ne pas répondre aux revendications des personnels hospitaliers. Mais les annonces de lundi montrent bien qu'elle est ébranlée, que la lutte paie et qu'il n'y a plus qu'à l'amplifier ... ce que font les personnels, comme hier à Charleville-Mézières avec le soutien des usagers du comité de défense, avec même le soutien des jeunes du mouvement de la jeunesse communiste !
    Elle n'a qu'une solution : que les gens ne viennent plus aux urgences !
    Bien sur, la crise des urgences est aussi le reflet de la désorganisation du système global de soins dans notre pays, de la pénurie de professionnels construite de longue date.
    Mais réorganiser va prendre du temps et pour l'instant, la population doit être prise en charge dans les urgences car c'est souvent le seul recours.
    En plus A. Buzyn s'y prend comme un pied pour réorganiser l'offre de soins extrahospitalière ou plus exactement avec la vision jupitérienne de l'iniitiative individuelle alors que précisément le secteur de la médecine libérale a montré sa faillite dans sa capacité à répondre aux besoins de la population : ses propositions sont dangereuses et l'argent qu'elle prétend injecter (plutôt du recyclage) un gâchis.
    Presque la moitié de la somme va être consacrée au SAS, un centre d'appel ... sauf que cela existe déjà : cela s'appelle le centre 15. Mais le gadget à près de 400 millions d'euros d'A. Buzyn est là pour donner des gages au secteur privé, enfoncer un peu plus le service public.
    Quant à l'objectif de zéro passages aux urgences pour les personnes âgées, il est à la fois irréaliste et profondément discriminant ! Irréaliste, car si les personnes âgées passent plus de temps que d'autres aux urgences, c'est souvent faute de lits et l'incantation ne va pas en créer. C'est aussi profondément discriminant, car une personne âgée peut avoir les mêmes raisons qu'une jeune d'aller aux urgences et les mêmes besoins de prise en charge technique, rapide.
    Sans réouverture de lits, sans création de postes de personnels, les mesures proposées ne règlent rien. Il faut aussi revaloriser les salaires. Les infirmières sont parmi les plus mal payées de l'OCDE. Ne parlons pas des aide-soignantes et ASH ! Ces métiers sont très largement occupés par des femmes et c'est aussi pour cela qu'ils sont mal payés. C'est un objectif de luttes contre inégalités entre les femmes et les hommes !
    Bref, il faut adapter les budgets des hôpitaux aux besoins des populations : cela doit avoir une traduction claire dans le prochain budget de la Sécurité Sociale avec une augmentation conséquente de ce fameux ONDAM, objectif national des dépenses d'assurance maladie, voté chaque année à l'automne par le parlement.

Catégories : Ardennes, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire