Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé et protection sociale

  • Plan contre la désertification médicale : du bla-bla-bla

    - pas d'augmentation du numérus clausus
    - pas de réforme des études pour favoriser l'orientation vers la médecine générale
    - rien pour faciliter le développement d'un service public de médecine ambulatoire et le salariat des médecins généralistes qui seraient ainsi dégagés des tâches de gestion.
    Bref, juste un peu d'argent pour faire de la surenchère entre territoires très désertifiés et territoires à peine moins désertifiés, entre communes qui ont les moyens et communes qui n'ont pas les moyens de construire une maison médicale, bref, simplement changer un peu la carte de la pénurie : du gâchis !
    Et de la poudre aux yeux, avec la télémédecine, car évidemment, il y a là source de progrès, mais à condition qu'il y ait des professionnels pour l'utiliser !
    Le gouvernement est en pleine contradiction : son PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale) est traversé par une volonté d'étatisation de la Sécurité Sociale, comme d'ailleurs de l'assurance chômage, avec même concrètement, pour 2018 ponction d'une partie de la CSG normalement réservée à la sécu pour alimenter les caisses de l'état (c'est tout l'intérêt pour lui du décalage entre l'augmentation de la CSG dès le 1er janvier et la baisse des cotisations salariales étalée au cours de l'année). Mais par contre, il ne veut pas que l'état prenne ses responsabilités pour lutter contre la désertification médicale et propose comme méthode de "faire confiance aux acteurs des territoires pour construire des projets et innover dans le cadre d’une responsabilité territoriale". En fait, il obéit à une logique, celle de l'argent pour les riches !
    Je ne reviens pas sur ce PLFSS. J'en ai déjà parlé sur ce blog (à retrouver en cliquant ici). La publication du texte jeudi n'a été l'occasion d'aucune surprise heureuse. Elle permet tout au plus d'apprécier à quel point tout est fait pour le patronat, avec un effet bingo pour lui en 2019 à travers la suppression des cotisations pour les salaires en dessous de 2,5 SMIC, alors qu'il bénéficiera encore du CICE, dont l'effet sur l'emploi a bien du mal a être prouvé !
    Parlons de la désertification médicale et regardons concrètement ce qui pourrait être fait :
    La suppression du numerus clausus ou tout du moins son augmentation rapide (en donnant les moyens aux facs d'accueillir les étudiants) ne résoudra pas l'urgence .. mais cela doit maintenant faire 20 ans que l'on dit que ce n'est pas la solution car elle n'agit qu'avec retard. Alors, n'attendons pas 20 ans de plus !
    La réforme des études médicales devrait permettre aux étudiants, non pas d'avoir des enseignements d'hyperspécialistes (ou tout du moins pas que), mais une formation plus générale, pas seulement purement scientifique d'ailleurs mais aussi en psychologie, sociologie .., leur facilitant l'approche globale de la médecine : il sera toujours temps pour ceux qui veulent se spécialiser de creuser leur domaine ! Et, sans doute, plutôt qu'un service civique pour aller porter la bonne parole de la prévention sans y avoir été formé, un stage obligatoire chez un médecin généraliste pourrait leur faire découvrir la richesse humaine du métier !
    Le développement d'un service public de santé ambulatoire, articulé sur le développement de centres de santé, répondrait à deux aspirations des jeunes médecins : le travail en groupe, mais aussi le salariat, aspiration fréquente, complètement absente des préoccupations gouvernementales, alors que le salariat décharge les médecins de tout ce qui n'est pas travail médical et simplifie grandement la prise d'un poste ! Pour mémoire, dans les maisons de santé, les médecins ont un exercice libéral et dans les centres de santé, un exercice salarié. Le gouvernement devrait donner un statut d'établissement public de santé aux centres de santé, avec pour les professionnels y travaillant un statut équivalent à la fonction publique hospitalière ou de praticien hospitalier pour les médecins (évitant les contractuels à vie, facilitant les mutations ...). Ce serait un geste fort. Et il devrait aussi impulser les créations, en s'appuyant là où les collectivités ou les mutuelles (les porteurs traditionnels des centres de santé) ne sont pas volontaires, sur les hôpitaux et tout particulièrement les hôpitaux locaux et pourquoi pas sur la Sécurité Sociale, une Sécurité Sociale rénovée, démocratisée ... Je rêve, sauf qu'il y a urgence sanitaire. La courbe est exponentielle de ceux qui se retrouvent sans médecin traitant. C'est à cause de cette urgence sanitaire que mon propos porte essentiellement sur la médecine générale, même si d'autres spécialités sont aussi très en difficulté, une raison de plus pour augmenter le numérus clausus. Face à cette urgence sanitaire, le gouvernement doit prendre ses responsabilités ! Or il ne les prend pas.

    Catégories : santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Sans vergogne, le gouvernement met l'argent en avant plutôt que les besoins sociaux dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) !

    Avec amusement, on constate que la ministre de la santé a mis en ligne sur le site du ministère sa feuille de route juste avant le dossier de presse du PLFSS : comme on peut douter que le Premier Ministre ne lui ait pas adressé depuis un moment, cette quasi-simultanéité ferait croire qu'elle veut se dédouaner de la politique des Macron/Philippe ! Rions : il n'y a que cela de drôle dans ce PLFSS !
    Ce sont les exigences du retour à l'équilibre qui sont mises au premier plan sans la moindre hésitation, comme si c'était le but, sans la moindre préoccupation pour les besoins de la population avec sans doute une idée : renforcer le fatalisme ambiant, alors que d'autres solutions existent et que les profits des entreprises du CAC40 qui explosent montrent bien où est la voie d'une autre politique.
    Outre cette application du fameux TINA de Margaret Tatcher (There is no alternative, en Français, il n'y a pas d'alternative), ce PLFSS témoigne du changement de politique : le soutien au patronat est étalé, sans honte et ne fait même plus l'objet d'enrobage, avec des choix idéologiques forts :
    - le passage de la cotisation à la CSG, déjà connu, contre lequel les retraités ont dit hier haut et fort qu'ils n'en voulaient pas. Au delà des conséquences financières négatives pour une partie de la population, c'est un changement structurel dépossédant les salariés de ce qui était un salaire différé, leur retirant tout droit d'expression, là où il faudrait au contraire renforcer la gestion démocratique de la sécu  par le retour à des élections des administrateurs et avec des conséquences lourdes à prévoir sur l'assurance chômage. C'est aussi sortir la protection sociale de l'entreprise, privant les salariés d'un outil majeur dans la lutte des classes pour récupérer la plus value qui leur est volée, pour orienter l'économie vers la satisfaction des besoins et le respect de l'environnement. Là où le dossier de presse affirme le soutien à l'activité économique et au pouvoir d'achat, c'est bien le contraire que ce PFLSS propose : il soutient les profits et les marchés financiers, à l'opposé de ce que propose le PCF pour un cercle économique vertueux : faire cotiser les profits financiers des entreprises pour les inciter à plus investir que boursicoter, faire surcotiser les entreprises qui ont des politiques antisociales et antienvironnementales !
    - le passage du remboursement de la sécu par celui des mutuelles avec la hausse du forfait hospitalier plutôt qu'une revalorisation du financement de l'hôpital par la sécu, sans même se préoccuper de ceux qui n'ont pas de sécu et en faisant croire que ce changement sera indolore pour les autres, alors que mécaniquement il va entraîner des hausses de cotisations des mutuelles, avec ce que ces cotisations ont d'injuste par leur non-progressivité. C'est une étape vers la privatisation de la protection sociale, le déclin de la sécu.
    - la charité plutôt que la solidarité, avec quelques mesures nécessaires comme la revalorisation du minimum vieillesse ou le soutien aux familles monoparentales pour la garde des enfants, mais dont l'étroitesse des publics bénéficiaires va encore renforcer l'opposition entre très pauvres et à peine moins pauvres au lieu de contribuer à la cohésion nationale, au bien vivre ensemble !
    Pour compléter, mais il y aurait encore bien des choses à dire,
    - le retour annoncé de la sécu à l'équilibre repose en plus sur une cavalerie budgétaire menteuse : la CSG est augmentée dès le 1er janvier, tandis que la baisse des cotisations salariales ne sera complète qu'au 1er octobre. Quand à la revalorisation traditionnelle des retraites, elle est repoussée du 1er octobre 2018 au 1er janvier 2019.
    - l'accent mis sur la prévention semble plus une normalisation des comportements d'une population infantilisée qu'une vraie politique d'éducation à la santé et de réductions des risques !

    Catégories : santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Rassemblement jeudi 28 septembre pour les retraites !

    15 h devant la préfecture des Ardennes
    Pleins de raisons pour les retraité-e-s d'être mécontents !
    L'augmentation annoncée des retraites au 1er octobre ne fait que compenser l'inflation des douze derniers mois, alors que les retraites sont gelées depuis 2013 et que les retraites complémentaires sont elles aussi gelées : il y a donc baisse du pouvoir d'achat des retraités, une baisse qui va être amplifiée par la hausse de la CSG (cf mon article sur le sujet en cliquant ici).
    C'est d'autant plus idiot que cela a des conséquences sur la consommation des retraités et contribue au freinage de l'économie, à la crise, au chômage !
    Et pour les futurs retraités !
    La création du compte pénibilité avait été une contrepartie de la hausse de l'âge de la retraite, un marchandage accepté par les organisations syndicales réformistes : la cinquième ordonnance Macron en vide le sens : (voir mon article sur le sujet en cliquant ici)
    Le projet de Macron de retraites à points : la déconstruction de la sécurité sociale !
    Et Macron rêve d'une réforme durable : la retraite à points, avec un but, permettre l'automaticité de la baisse des retraites.
    Résumons en simplifiant : la sécurité sociale, instituant une solidarité intergénérationnelle, a permis que chacun sache au moment où il prend sa retraite, combien il va toucher : un pourcentage de son salaire, revalorisé en fonction de l'inflation. La retraite est donc définie et la sécurité sociale doit trouver les ressources pour les financer, au besoin par l'augmentation des cotisations.
    Dans le système à point, chacun saura au moment de sa retraite combien il a de points. La sécurité sociale pourra, chaque année, diviser la somme qu'elle veut attribuer aux retraités par la totalité des points des retraités, attribuant ainsi au point une valeur qui pourrait baisser en cas de crise, voir d'exigences des patrons d'un meilleur taux de profit.
    Cela pourrait être automatique, tous les ans, en fonction d'une formule mathématique obscure, histoire d'écarter tout débat démocratique.
    C'est l'incertitude pour les retraités, la tentation de rechercher pour les salariés une autre manière de garantir leur avenir : assurance privée, placements immobiliers ..., tout du moins pour ceux qui pourront et la fin de la solidarité.
    On se retrouve devant la préfecture jeudi !

    Catégories : Ardennes, Au fil des jours, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Parking de l'hôpital Manchester

    A défaut d'actualités, la presse locale reprend en ce mois d'août quelques marronniers, pas forcément inintéressants d'ailleurs, car permettant de faire le point.
    Dommage que celui sur le parking de l'hôpital ,avec l'épisode 2 aujourd'hui, soit l'occasion d'opposer personnels et utilisateurs, mais c'est vrai que quand on fait appel à l'avis de celle qui a été la candidate du FHaine sur la circonscription de Sedan/Vouziers, évidemment, cela démarre par des propos générant dispute, rejet des difficultés sur les autres.
    Car la situation est complexe ! Pour les habitants du quartier aussi ! De l'espace se libérera avec la finalisation de l'opération de renouvellement urbain du quartier et le départ des gens du voyage, quand ils auront un autre lieu (au fait, le maire dénonçait l'absence de solution apportée par la précédente municipalité. A-t-il compris que ce n'est pas si facile que cela ?!!!)
    Pour l'instant, il faut faire avec et trouver la meilleure solution pour tous !
    C'est vrai que l'immobilisme de la direction de l'hôpital n'aide pas !
    La situation, déjà compliquée, s’est dégradée avec l'arrivée de la polyclinique puis fortement avec la mise en place d'une barrière sur l'espace devant la nouvelle entrée, car même si c'était très désordonné, l'espace permettait de déposer quelqu'un, de se garer quelques minutes.
    Le collectif de défense de l'hôpital s'est intéressé à la question, avec un premier résultat, l'existence de deux places de dépose minute devant l'entrée. C'est notoirement insuffisant.
    Et la direction de l'hôpital avait promis une étude qui à ma connaissance a été votée en conseil de surveillance : il serait bien que les résultats en soient connus. Car il faut connaître les besoins des personnes extérieures à l'hôpital venant en consultation, en visite, sortant d'un service d'hospitalisation, qu'ils viennent en taxi, en ambulance ou en voiture particulière : certains sont parfaitement valides ... mais d'autres ont de gros problèmes de mobilité !
    Le collectif de défense de l'hôpital avait été alerté par une personne âgée venue chercher sa femme handicapée à la sortie d'une hospitalisation en chirurgie ambulatoire ... mais depuis les témoignages se sont multipliés. Il n'est pas normal qu'une personne en situation de handicap renonce à venir voir son conjoint hospitalisé, uniquement du fait des difficultés de stationnement.
    Et il faut aussi régler aussi bien que possible la question du stationnement du personnel, sans que ce ne soit la loi du plus fort, du plus gradé, sans jouer sur les mots : urgences par exemple ne veut rien dire, puisque les personnels sont en poste et que les seuls personnels ayant besoin de se garer rapidement sont les personnels en astreinte ! Les règles doivent être les mêmes pour tous, médecins ou ASH : pas de places réservées attribuées à des personnes, source de perte d'espace, mais des places réservées à des fonctions qui le justifient : le personnel d'astreinte, mais aussi, sans nul doute pour celles et ceux qui commencent ou finissent en milieu de nuit.
    L'indiscipline de tous complique ... mais elle est facilitée par l'absence d'informations et les privilèges accordés à certains !
    L'immobilisme de la direction n'aide pas ! Quant au maire, il ne peut se contenter de ses deux places de dépose minute : il est aussi président du conseil de surveillance de l'établissement et à ce titre doit exiger que la direction de l'hôpital fasse un effort.
    Où en est l'étude ? D'après une adjointe, c'est le bon moment, puisqu'il faut aussi faire un plan d'accessibilité !
    Sans doute, une partie de la solution passe par du personnel d'accueil : aider les personnes handicapées à rejoindre le service pendant que le chauffeur de la voiture va la garer plus à distance par exemple ... et faire la chasse aux personnes valides qui ont peur de marcher 5 mn ! Ou par des bons d'autorisation d'entrée dans l'enceinte décernés par le personnel des services pour ceux qui en ont besoin.
    Mais l'immobilisme de la direction et du maire crée une situation explosive ! Et ce serait tout économie pour la société ! Car certains, du fait des difficultés préfèrent le VSL remboursé par la sécu à l'accompagnement par un proche, uniquement du fait de ces difficultés de stationnement ! Mais faciliter l'accueil est une vision répondant aux besoins, pas aux tristes règles de gestion hospitalière actuelles !

    Catégories : Ardennes, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Après Bachelot, Buzyn : des armes criminelles données aux obscurantistes opposés à la vaccination !

    Sans parler de l'attentisme de Touraine !
    Les vaccins ont été un progrès considérable permettant l'éradication de certaines maladies, à tel point que l'on a oublié ! Alors, on ne voit plus que les risques, mais pense-t-on au risque d'accidents de voiture, chaque fois qu'on monte dedans ? Comme tout acte médical, une vaccination doit être réfléchie en fonction du rapport bénéfice/risque et celui-ci doit être le plus élevé possible. Avant d'aborder la question politique, quelques très (trop) rapides éclaircissements scientifiques, pour éviter de tout mélanger, comme le font les obscurantistes, car il y a vaccin et vaccin !
    - déjà pour dire que le bénéfice est évidemment fonction des chances (ou malchance) que l'on a d'attraper la maladie avec un exemple simple : le vaccin contre la fièvre jaune est inutile dans les pays où cette maladie n'existe pas ... comme la France.
    - certains vaccins préviennent des maladies dues à des virus qui ont besoin spécifiquement des hommes pour se reproduire. En supprimant la maladie, le vaccin empêche le virus de se reproduire et il disparaît : c'est ce qui s'est passé pour la variole, c'est en très bonne voie pour la polio et ce serait possible pour la rougeole. Il y a donc un intérêt individuel,  mais aussi collectif.
    - selon les maladies, les vaccins sont plus ou moins efficaces. Celui contre le tétanos l'est complètement (à condition de ne pas oublier les rappels !). D'autres ne sont pas efficaces à 100% (la grippe par exemple
    )
    - il y a le vaccin, et ce qu'on injecte en même temps, ce qu'on appelle des adjuvants, comme les sels d'alumine, utilisés pour renforcer l'action d'un vaccin. Sans qu'il n'y ait encore de preuves formelles, reconnues par tous, des doutes sérieux existent cependant sur l’innocuité de certains de ces adjuvants.
    Venons en à l'aspect économico-politique. Trois vaccins sont obligatoires en France, le fameux DTP (Diphtérie, tétanos, poliomyélite). Il était en général associé au vaccin contre la coqueluche, mais la combinaison de ces quatre vaccins n'est plus produite en France, remplacée par des associations de six vaccins, plus chères et contenant des adjuvants.
    On se rappelle tous du scandale du vaccin contre la grippe H1N1 à l'époque Bachelot, qui, comme d'autres scandales des industries pharmaceutiques, le Médiator par exemple, a contribué à faire comprendre que les labos pharmaceutiques étaient de grands gagnants dans le développement de la vaccination, mais pas toujours très transparents, et a déjà donné des armes aux obscurantistes.
    Touraine a laissé pourrir la situation, sans exigence vis à vis des laboratoires pour qu'ils continuent à fabriquer le vaccin tétravalent et poursuivent leurs recherches sur les adjuvants : "laissons donc les labos faire leur beurre" comme le reste du patronat, a été le leit-motiv de l'époque Hollande ! Tout au plus a-t-elle demandé une consultation citoyenne : je vais y revenir.
    Saisi, le conseil d'état a pris une décision le 6 février de cette année (à retrouver en cliquant ici) exigeant du ministre chargé de la santé de prendre des mesures pour rendre disponibles des vaccins correspondant aux seules obligations de vaccination, sauf à ce que la législation évolue en élargissant le champ des vaccinations obligatoires.
    Que fait Buzyn ? Elle veut rendre obligatoire onze vaccinations ! Alors qu'elle avait déjà fait percevoir comme présidente de la Haute Autorité de Santé, son soutien à l'industrie pharmaceutique. Et vous allez réussir à faire croire qu'il faut vacciner pour le bien des enfants, et pas pour le bien des labos ? Il s'agit là d'armes pour les plus obscurantistes de nos concitoyens !
    Pourtant, la concertation a été très intéressante, donnant plein de pistes pour lutter contre cet obscurantisme et développer la vaccination, les débats, pas le rapport final, qui sans tenir compte de l'avis du jury citoyen, partagé sur la généralisation de l'obligation vaccinale, ni de celui des professionnels de santé, lui, clairement défavorable et en faveur de la suppression de toute obligation, conseillait la généralisation des vaccinations. Vous pouvez trouver l'ensemble des documents en cliquant ici. Les arguments contre l'obligation sont déjà la preuve par l'exemple : la couverture vaccinale est au moins aussi bonne dans les pays où il n'existe pas d'obligations ! Et dans les pistes pour développer la vaccination figurent des exigences vis à vis des laboratoires, la gratuité des vaccins ... Agnès Buzyn ferait bien de lire les avis des deux jurys, plutôt que la conclusion sans doute téléguidée, sauf si elle-même est téléguidée par l'exigence de profits de SANOFI !

    Catégories : santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire