Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog de Michèle Leflon

  • Démocratie sanitaire : un territoire de proximité allant de Givet à Langres ?

    La loi Touraine a changé, pour changer, les structures de démocratie sanitaire (enfin, ce que les technocrates appellent de la démocratie - on pourrait faire beaucoup mieux)
    Alors, les ARS doivent proposer des scénarii de découpage des régions : après un découpage du Grand Est en 3 (vive la proximité), que vous pouvez retrouver commenté sur mon blog en cliquant ici, un nouveau scenario est proposé comportant un territoire allant de Langres à Givet, avec comme argutie des chiffres de population proches dans les 5 territoires proposés : il y a les instances régionales pour la concertation en région. Les conseils territoriaux doivent être dans la proximité, le découpage départemental restant le meilleur.
    Et en plus il y a certainement des arrières pensées derrière ce schéma, regroupant les territoires des nouveaux groupements hospitaliers de territoire (GHT) : faire des GHT encore plus grands, transformer certains CHU en simple hôpital à vocation départemental et de ce point de vue, regrouper le secteur de Vitry le François/St Dizier avec les territoires plus à l'est n'est pas anodin et risque de fragiliser le CHU de Reims en favorisant les recours vers Nancy !
    La CRSA (Commission Régionale de la Santé et de l'Autonomie) du Grand Est doit donner son avis sur ce découpage demain. J'y suis désignée comme suppléante au titre de la représentation de la Coordination Nationale des Comités de défense des Hôpitaux et Maternités de proximité. Mais alors que dans les précédentes CRSA, les suppléants pouvaient assister aux réunions, ce n'est plus le cas ! Ont ils peur que les usagers se parlent ensemble ? C'est d'ailleurs une inégalité, car dans les régions non fusionnées, les CRSA n'ont pas été renouvelées et en Ile de France, le représentant d'une association d'usagers m'a bien confirmé que les suppléants pouvaient toujours assister aux séances.
    La transparence n'est pas le fort de notre ARS ! Un communiqué de presse en date du 8 septembre (à retrouver en cliquant ici) annonce que les conventions constitutives des onze GHT (Groupements Hospitaliers de Territoire) du Grand Est ont été approuvées : les onze arrêtés d'approbation figurent d'ailleurs dans les recueils d'actes administratifs de la préfecture de région du 15 septembre, mais sans les contenus de ces conventions ! Pourtant l'ARS de Bourgogne Franche Comté a bien mis en ligne ces conventions constitutives et par exemple, vous pouvez retrouver en cliquant ici, celle du GHT 21-52 qui concerne le sud de la Haute Marne. Elle n'est d'ailleurs que formelle, mais dans le projet vu dans notre département, il y avait des orientations sur le projet médical ... alors, vous comprenez l'intérêt d'en voir le texte définitif !

    Catégories : Ardennes, Champagne Ardenne, santé Lien permanent 0 commentaire
  • Le revenu de base universel, une idée d'apparence généreuse, mais dangereuse !

    L'Ardennais/l'Union de ce dimanche consacre une pleine page à cette idée. Une fois n'est pas coutume venant de cette presse bouffée par le monde de la finance, je tiens à souligner la qualité de cet article pour sa synthèse des différentes propositions, dans notre pays et à l'étranger.
    Le revenu de base apparait comme une idée séduisante pour plein de raisons :
    - déjà pour lutter contre la misère, en particulier des jeunes,
    - par son universalité, intéressante dans notre société fragmentée, où la jalousie des bénéficiaires du RSA par ceux qui travaillent et n'y arrivent pas du fait de leur salaire de misère est exploitée par l’extrême droite et où la culpabilisation des personnes en recherche d'emplois est scandaleuse,
    - pour sa solution apparente face à la précarité de l'emploi, au développement de l'autoentrepreneuriat, du free-lance.
    Mais c'est une idée dangereuse !
    Déjà, étonnons nous qu'elle puisse être défendue par des tenants de l'idéologie libérale. Certes, comme le dit l'article de l'Ardennais/l'Union, il s'agit pour eux d'un revenu insuffisant pour vivre pour inciter au travail. Alors, pourquoi le défendent ils ? Pour avoir la paix sociale et surtout pour maximiser les profits ! Car quelle occasion magnifique pour baisser les salaires (il y a en complément le revenu de base), supprimer les indemnités chômage, les indemnités journalières en cas de maladie, baisser les retraites : bref, baisser le coût du travail. On Vaut Mieux Que Cela ont dit tous les jeunes et les moins jeunes contre la loi El Khomri et à juste titre !
    Donner un revenu suffisant pour permettre de vivre, disent, pour reprendre les termes de l'article "les partisans d'une vision émancipatrice" avec en ligne de mire la possibilité d'avoir du temps pour des activités associatives, culturelles ... avec des pistes légitimes pour en trouver les moyens, mais avec une ligne de partage bien floue  avec la précédente proposition, car cela pourrait facilement être récupéré en "on crée déjà le revenu universel et on en augmentera le montant quand on en aura les moyens". Autant dire la possibilité grande ouverte pour justifier la baisse du coût du travail pour des gouvernements malhonnêtes et à cela, on a gouté !
    Alors, il y a la proposition portée par Bernard Friot, de salaire à vie qui pourrait paraître plus progressiste. Il l'illustre souvent, encore dans un débat à la fête de l'Humanité, repris par l'Humanité de vendredi dernier, (à lire en cliquant ici) par la fonction publique hospitalière. Cet exemple même montre l'insuffisance de la proposition car ces personnels sont majoritairement en souffrance actuellement du fait d'une distorsion majeure entre leurs aspirations à un travail bien fait et les contraintes qu'ils subissent. Les conséquences en sont gravissimes, avec des suicides qui se multiplient, au delà de ceux révélés publiquement, et un absentéisme entraînant un véritable cercle vicieux sur les conditions de travail, mais des arrêts bien justifiés pour se protéger du point de rupture, du burn out. Cela montre bien que la " copropriété d'usage de son outil de production" pour reprendre l'expression de B. Friot  ne suffit pas à assurer l'émancipation dans le travail dans une société non communiste ! Il faudrait que ce soit une copropriété donnant des pouvoirs et cela suppose que notre peuple reprenne le pouvoir sur la finance, sur l'oligarchie médiatico-politique liée à la finance qui nous gouverne !
    D'autres solutions existent, moins "sexy" mais plus sures pour mettre en difficulté le capital !
    Elles sont, à la fois projets à porter dans ces campagnes électorales qui s'annoncent, et objets de lutte !
    - lutter contre la misère avec l'augmentation des minima sociaux et pour la jeunesse une allocation d'autonomie (plutôt qu'un revenu universel hypothétique pour tous, assurons donc un revenu universel à ceux qui portent l'avenir de notre pays et en ont besoin pour se former !)
    - développer l'emploi en le sécurisant avec la sécurité sociale professionnelle que porte la CGT, avec une forte diminution du temps de travail (32 et pourquoi pas 30 h), créatrice d'emploi ... et donnant du temps pour d'autres activités, associatives, culturelles.
    - assurer des droits nouveaux aux salariés dans leurs entreprises
    - se battre pour le développement du service public (et la prise en compte de toutes ces taches d'utilité sociale des associations)
    - reconnaître l'importance de la culture, du sport pour tous et exigeons en les moyens
    Reprenons le pouvoir sur celui de l'argent en luttant contre l'évasion fiscale, en exigeant un nouveau rôle pour les banques liant le crédit à son utilité sociale et environnemental. J'arrête là, mais vous voyez bien que cela implique tout plein d'autres choses, en terme de changement constitutionnel, de refonte complète de l'Europe ....Mais on ne gagnera pas une société émancipatrice d'un coup de baguette magique  et évitons les retours de bâtons d'idées récupérables par le grand capital !

    Catégories : Ardennes, Au fil des jours Lien permanent 0 commentaire
  • Pour le gouvernement, l'insertion des personnes en situation de handicap, ça passe après tout le reste !

    On vient d'apprendre une ponction de 30 millions d'euros sur le FIPHFP décidée par le gouvernement pour financer la sécurité des universités !
    C'est quoi le FIPHFP ? Le fond pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique. Il y a en effet une obligation d'embauche de 6% de travailleurs handicapés, avec amende pour les employeurs ne respectant pas cette obligation, amende versée à l'AGEFIPH dans le privé, au FIPHFP dans la fonction publique, ces deux fonds utilisant les ressources ainsi trouvées pour faciliter l'insertion professionnelle des personnes en situation de handicap : formation, aménagement de postes ...
    C'est un mécanisme vertueux, incitant les employeurs à embaucher des personnes en situation de handicap, tout en réservant les recettes ainsi trouvées (en principe) à améliorer la situation de ces personnes.
    Les universités avaient un régime de "faveur" avec une dérogation pour n'acquitter que le tiers de la somme due au FIPHFP, soit 15 millions en 2015 au lieu de 45. On peut déjà se demander pourquoi leur avoir accorder cette dérogation, contraire à l'esprit d'incitation à l'emploi de travailleurs handicapés. On sait les difficultés financières des universités, mais c'était déjà une tricherie des gouvernements successifs : diminuer les ressources du FIPHFP au lieu d'augmenter le budget des universités.
    La dérogation devait prendre fin cette année.
    Le gouvernement vient d'annoncer la prolongation de cette dérogation pour au moins un an.  Najat Vallaud-Belkacem a justifé cette décision par les dépenses que les universités doivent engager pour la sécurité à la suite des attentats ! Sans commentaire !

    Catégories : Au fil des jours, Education, formation, santé Lien permanent 1 commentaire
  • Santé et protection sociale en débat à la fête de l'Humanité

    Santé et protection sociale en débat à la fête de l'Humanité

    La fête de l'humanité, cet immense moment de fraternité, est un lieu de spectacles, de repas pris en commun. C'est aussi une immense librairie progressiste et un lieu de débats.
    Voici les débats que j'ai recensés, sur les sujets de la santé et de la protection sociale. J'en ai sans doute oublié !
    Les enjeux de la psychiatrie samedi de 11h à 12h30 au stand de la Seine et Marne
    avec Laurence Cohen (sénatrice PCF),  Pierre Dardot (philosophe), Dr Pédro Serra (psychiatre), Mireille Stivala (syndicaliste) animé par Serge Klopp (PCF)
    Le 100% sécu samedi de 15 h à 16h30 au stand de la fédération du Val de Marne
    avec avec Frédéric Rauch (PCF), Jean-Claude Chailly (Convergence), Philippe Batifoulier (économistes attérés)
    Les politiques publiques de santé samedi 15h Espace débat des sections du Val d’Oise
    avec des syndicalistes des établissements en lutte,  un médecin (FO), Christophe Prudhomme (AMUF), Jean-Pierre Blazy (maire PS), Évelyne Van der Hem (PCF)
    La désertification médicale samedi de 17h à 18h30 au stand de la fédération de l’Hérault
    avec le Dr Éric May (syndicaliste), Marie Piqué (VP Région Occitanie, PCF), Philippe Batifoulier (économistes attérés), Théau Poulat (responsable santé de l'UEC) , Hélène Derrien, (présidente de la Coordination Nationale des Hôpitaux et Maternités).
    Marchandisation des produits sanguins samedi 17h Fédération de la Drôme
    avec Jean-Pierre Basset et Jean-Luc Gibelin (PCF)
    Révolution numérique: Quels bouleversements dans la Santé ? dimanche à 11h à l'espace-débats Bretagne
    avec Sophie Pène (Professeur à l'Université Paris Descartes, anthropologue des pratiques numériques), Yann Le Pollotec (PCF),  Irène Franchon (lanceur d'alerte du médiator), Isabelle Lorand (PCF) et Christiane Caro (PCF)
    A qui profite le coût des complémentaires santé ?  dimanche à 12h 15 au village de l'économie sociale et solidaire
    avec Nathalie Hiraux , Jean-Jacques Verchay , Michel Katchadourian , Sylvie Dubois , Christophe Prudhomme, Bernard Teper en partenariat avec l’UNAM
    Santé, la prévention face aux risques sanitaires dimanche à 16 h à l'Agora de l'Humanité
    avec Dominique Maraninchi, ancien président de l'Agence du médicament et initiateur de la pétition des cancérologues contre l'explosion des prix. Olivier Maguet, chargé de la campagne médicaments à Médecins du monde. André Cicolella, toxicologue spécialiste de santé environnementale et Jean Luc Gibelin (élu PCF)

    Catégories : Au fil des jours, santé Lien permanent 2 commentaires
  • Tous dans la rue le 15 septembre contre la loi El Khomri !

    La loi El Khomri de casse du travail a été promulguée sans même avoir été votée. Jamais les profits n'ont été aussi élevés alors même que les investissements des entreprises se font rares !
    Et les cadeaux au patronat se multiplent !
    J'en ai encore découvert un ! Dans 24 départements, dont les Ardennes, une instruction récente de Pôle Emploi autorise les AFPR pour des contrats de moins de six mois. De quoi s'agit-il ? L'allocation de Formation Préalable au Recrutement permet d'ajuster les compétences d'un chômeur à un emploi. Ces formations sont payées par Pôle Emploi, (à la fois donc par les cotisations chômage, l'Etat, et dans notre région le conseil régional, puisque le nouveau président de droite n'a rien réussi à faire de mieux que de rendre à Pôle Emploi la majeure partie de ce que le gouvernement donnait au Grand Est dans le cadre du plan national de formation pour les demandeurs d'emploi). Elles étaient jusque là conditionnées à une promesse d'embauche de plus de six mois : une condition tout à fait légitime, quand on sait ce que sont ces "formations", parfois de vraies formations, mais trop souvent résumées à un tutorat dans l'entreprise, c'est à dire en fait à une période en entreprise, payée par Pôle Emploi, encadrée, comme devrait l'être tout nouveau salarié, pour découvrir les spécificités de la boite, où on range quoi, quelles sont les habitudes ..., bref, une pseudo formation qui ne servira à rien à la fin du contrat ... puisque ce n'est qu'une adaptation à la boite. Mais une aide aux patrons pour ne plus hésiter à un contrat court, puisque la période d'adaptation nécessaire du salarié ne sera plus à sa charge ! Et une manière d'augmenter le pourcentage de chômeurs "formés".
    A Charleville-Mézières, la manifestation du jeudi 15 septembre débutera à 13 h 30 à la préfecture par un dépôt de motion, avec un départ en cortège vers la place ducale à 14 h 30.

    Catégories : Ardennes Lien permanent 0 commentaire

jeudi 29 septembre

19 H 30
3 rue du gymnase
Charleville Mézières
conférence organisée
par l'UPA et le collectif STOPTAFTA08

avec Benjamin Coriat, économiste atterré

Notes récentes

Commentaires récents

Liens amis dans les Ardennes