Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ardennes

  • Pas de nostalgie !

    J'avais mis, chose inhabituelle, un petit post personnel sur ma page Facebook le 11 novembre. Il m'a valu pas mal de commentaires, donc autant en faire profiter aussi ceux qui refusent (avec des raisons tout à fait valables).
    Il y a 35 ans, je venais pour la première fois dans les Ardennes ! J'avais profité de ce jour férié pour visiter le département où j'allais venir pour suivre la mutation de mon mari.
    Il neigeait ! Comme aujourd'hui, un temps de novembre, propre à la nostalgie.
    Et pourtant, comme je me suis attachée à ce département !
    Aux Ardennais tout d'abord, réservés au premier abord, mais si accueillants.
    Arrivée à l'été 1986, j'avais eu l'impression d'un département riche, ou tout du moins tellement plus riche que Calais dont je venais, où déjà la crise de la dentelle avait frappé et où la détresse de jeunes, n'ayant jamais connu leurs parents au travail hantait le service d'urgence de l'hôpital.
    Pourtant la crise de l'industrie faisait déjà ses ravages ... et les Ardennes sont maintenant un des départements les plus pauvres de France.
    J'avais été émerveillée aussi par les moyens de l'hôpital, résultat sans doute des luttes à la fois d'une équipe de médecins hospitaliers temps plein attachés au service public et d'une CGT majoritaire. Les années ont passées et l'hôpital a été victime des politiques de casse des services publics.
    Je me suis attachée aux Ardennais ... et à ses forêts.
    En ces temps de confinement, les Ardennais, je les entends au téléphone, je les lis .... mais les forêts me manquent : rêveries d'une promenade solitaire, même dans le brouillard ! Absurdité d'un confinement autoritaire où l'on peut se serrer dans les transports en commun pour aller travailler mais pas aller seul en forêt ! Pas de quoi faire comprendre le sens profond des mesures indispensables pour combattre l'épidémie !
    Nostalgie d'un 11 novembre brumeux ? Non ! Simplement des motivations toujours renouvelées pour lutter contre ce capitalisme dévastateur et créer les conditions de son dépassement vers une société émancipée des lois de l'argent, communiste !

    Catégories : Ardennes Lien permanent 0 commentaire
  • Dimanche, le vote anti Macron !

    Les élections municipales sont des élections locales. Pourquoi un tel titre alors ?
    74164972_442192709756146_5363821301188263936_o-300x300.jpgTout simplement parce que ceux qui adhérent formellement, ou tout simplement par leur silence, à la politique gouvernementale actuelle vont pratiquer les mêmes politiques dans leur commune, celles favorisant les plus riches en laissant de côté les autres, en favorisant les centres plutôt que les périphéries, les hommes jeunes plutôt que les femmes avec leurs enfants dans les plans de déplacement, en sacrifiant les services publics etc...
    L'épidémie actuelle de coronarovirus montre bien l'importance du service public hospitalier, en première ligne. Les mouvements sociaux autour de l'hôpital depuis un an témoignent de ses difficultés à répondre aux besoins des populations, et même si les incertitudes liées à l'épidémie imposent de ne pas polémiquer à ce sujet, on peut se demander si les mesures prises ne vont pas aller vers une aggravation des conditions de la prise en charge des malades du quotidien, moins dans l'oeil de mire des médias, avec des retards de prise en charge pouvant être très préjudiciables. Et, à part les belles paroles, pas un geste pour les personnels. Mardi dernier, à Fumay, les discussions avec le personnel ont confirmé l'attrait de la Belgique pour ses salaires : 300€ de plus par mois, ce que demandent l'intersyndicale des personnels hospitaliers et les différents collectifs depuis l'automne.
    logo-municipales-Sedan-définitif-grand-scaled.jpg Regardons donc, avant d'aller voter, qui soutient les revendications des hospitaliers. Vous trouverez sur le site du comité de défense des hôpitaux de proximité des Ardennes les réponses des candidat.e.s à Charleville-Mézières et Sedan en cliquant ici.
    Regardons les programmes : qui soutient la création d'un centre de santé ? Qui soutient la gratuité des transports collectifs, une vraie mesure en faveur de l'écologie, ne consistant pas à culpabiliser comme trop souvent les propositions de ceux qui se disent écologistes ?
    Ceux qui regardent mon blog ne seront pas étonnés que j'apporte mon soutien à la liste menée à Charleville-Mézières par Sylvain Dalla-Rosa, un soutien que j'ai d'ailleurs souhaité concrétiser en étant en fin de liste (place aux jeunes pour être élus !).
    A Sedan, Nouzonville, Revin, votez pour les listes où il y a des candidats communistes, celles menées par Anne Du Souich, Florian Lecoultre, Christophe Léonard. C'est le vote anti Macron, c'est la garantie d'avoir des élus oeuvrant dans l'intérêt de toute la population.

    Catégories : Ardennes, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Pour l'ARS du Grand Est, le service public hospitalier n'existe pas !

    Dans l'édition du 22 janvier du recueil des actes administratifs de la préfecture de région (édition spéciale ARS), on découvre que l'ARS lance un appel à candidature pour la permanence des soins (à retrouver ici).
    Je cite :
    " Lorsque le directeur général de l'agence régionale de santé constate, après confrontation des besoins tels qu'ils résultent du volet du schéma régional de santé dédié à l'organisation de la permanence des soins avec la liste prévue à l'article R. 6111-48, que la mission de permanence des soins mentionnée à l'article L. 6111-1-3 n'est pas assurée dans les conditions prévues, il ouvre une procédure d'appel à candidatures. "
    ...
    " Pour procéder à cette désignation, l’ARS Grand Est fait le choix de procéder à une mise en concurrence de tout ou partie des établissements susceptibles de répondre à la mission de PDSES." (PDSES = permanence des soins en établissement de santé)"
    En clair, cela veut dire que l'ARS, face au défi d'assurer la permanence des soins spécialisée ne se préoccupe pas de donner aux hôpitaux publics les moyens nécessaires, mais cherche ailleurs !
    Après cette introduction, les différents "appels à candidature" sont détaillés correspondant vraisemblablement aux manques actuels !
    Selon les spécialités, l'appel à candidature est fait au niveau des territoires des Groupements hospitaliers de territoire (appelée zone de référence) - on n'est déjà plus dans la proximité - ou pour ce qui est très spécialisé, au niveau en gros des anciennes régions autour des CHU (appelée zone de recours).
    Cela témoigne d'une situation très grave en radiologie puisque quasiment tous les territoires sont concernés à l'exception du Nord Ardennes et en néphrologie pour la prise en charge des patients en insuffisance rénale aigüe : là tous les territoires sont concernés ! Evitez donc que l'on ne vous découvre une insuffisance rénale aiguë grave un samedi après midi ! Car précisons bien que cela ne concerne que les urgences la nuit et le week end !
    L'ARS affiche clairement la mise en concurrence du privé et du public et n'hésite pas à dire quels établissements elle met en concurrence.
    On y apprend que pour la chirurgie de la main dans la zone de recours ouest, le CHU de Reims est mis en concurrence avec la clinique de Bézannes.
    Pour l'urologie " Sur le bassin de population de la zone urbaine de Metz, deux établissements, le CHR Metz-Thionville, site  Mercy  et  les  Hôpitaux  Privés  de  Metz  (HPM)  revendiquent  cette  ligne.  Les  HPM  bien  que  ne disposant pas d’un service des urgences mettent en avant son équipe médicale nombreuse. L’AAC  porte  sur  1  ligne  d’astreinte  opérationnelle  sur  la  zone  de  référence  n°6  avec  mise  en  concurrence de deux établissements, le CHR Metz Thionville et les Hôpitaux Privés de Metz".
    Le choix sera effectué par le Directeur Général de l'ARS, après avis des Fédérations représentant les établissements ! c'est à dire que la Fédération de l'Hospitalisation privée aura son mot à dire. Mais ni les élus, ni les usagers ne seront consultés ! Quelle démocratie !
    Avec, incontestablement le soutien de la ministre, l'ARS du Grand Est organise la casse du service public hospitalier.

    Catégories : Ardennes, Champagne Ardenne, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Pour le retrait du projet de loi retraites

    Même le Conseil d'Etat, dans son avis rendu public vendredi (à retrouver ici) trouve disproportionné le peu de temps qu'il a eu pour étudier ce texte avec son importance : il " vise à réaliser une réforme de grande ampleur".
    On y lit avec intérêt que : "Toutefois, le Conseil d’Etat constate que les projections financière ainsi transmises restent lacunaires et que, dans certains cas, cette étude reste en deçà de ce qu'elle devrait être, de sorte qu'il incombe au Gouvernement de l'améliorer encore avant le dépôt du projet de loi au Parlement, en particulier sur les différences qu’entraînent les changements législatifs sur la situation individuelle des assurés et des employeurs, l’impact de l’âge moyen plus avancé de départ à la retraite, qui résulterait selon le Gouvernement de la réforme, sur le taux d’emploi des seniors, les dépenses d’assurance-chômage et celles liées aux minima sociaux."
    Loin de moi l'idée de vous commenter plus en détail (en plus j'en serais bien incapable !) la longue analyse juridique faite par le Conseil d'Etat - c'est son rôle - mais juste une remarque : à plusieurs reprises sont citées l'incertitude pour le devenir des carrières actives de la Fonction Publique Hospitalière et la non prise en compte des périodes de chômage non indemnisées. est ce un message sub-liminal pour le gouvernement ? Il y en a d'ailleurs d'autres !
    Le Président de la République s'entête et a tort ! Une réforme de cette envergure mérite d'en prendre le temps et de voir les alternatives : celle proposée par les partis de gauche, avec la coordination du PCF, mercredi devrait retenir son attention, sauf à vouloir confirmer ce que pensent la plupart des Français : Macron est le président des patrons, de la bourgeoisie !
    En attendant, la mobilisation populaire ne faiblit pas : ci-dessous une vidéo de la manifestation vendredi dans les Ardennes. La prochaine grande initiative est prévue le mercredi 29 janvier !
    Et le vendredi 7 février (18 h salle de Nevers) venez nombreux discuter des alternatives avec Cathy Apourceau-Poly, sénatrice PCF du Pas de Calais.


    Catégories : Ardennes, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Retraites : l'avenir se construit.

    Les mobilisations se poursuivent : en attendant la retraite au flambeau de demain et la grande manifestation de vendredi, jour où le conseil des ministres va valider le projet de loi sur les retraites, les manifestants ardennais étaient réunis, en ce mercredi, en face de l'Inspection académique.


    L'avenir se construit, car Macron ne pourra plus dire qu'il n'y a pas d'alternative à son projet malfaisant !
    Les forces de gauche et écologiques ont présenté aujourd'hui leur plateforme commune pour les retraites avec comme principe l'amélioration du régime par répartition, le refus de toutes nouvelles mesures d'allongement de la durée des cotisations pour garantir à toutes et tous le droit à la retraite en bonne santé et une règle d'or : la parité entre le niveau de vie des retraités et des actifs. Prise en compte de la pénibilité, refus de retraites inférieures au SMIC et égalité homme/femme complètent les propositions.
    Certes on peut discuter des détails (et pas seulement des détails d'ailleurs) de telle ou telle proposition. On serait tous d'accord, on serait dans le même parti ! Mais c'est quand même autrement plus séduisant que la réforme Macron.
    D'autant plus que l'alternative financière est là aussi et on a le plaisir d'y retrouver des propositions portées depuis longtemps par le PCF : faire cotiser les revenus financiers et instaurer un bonus malus sur les cotisations des entreprises en fonction de leur politique sociale et environnementale. L'ensemble de cette plateforme est ici. Je vous laisse regarder cette vidéo de Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, présentant la démarche qui a conduit à cette plateforme, car il en a été le principal artisan, depuis le meeting de St Denis le 11 décembre où il avait réuni toutes les forces de gauche pour parler retraites.


    Catégories : Ardennes, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire