Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des lits, des postes !

La ministre de la santé tourne autour du pot pour ne pas répondre aux revendications des personnels hospitaliers. Mais les annonces de lundi montrent bien qu'elle est ébranlée, que la lutte paie et qu'il n'y a plus qu'à l'amplifier ... ce que font les personnels, comme hier à Charleville-Mézières avec le soutien des usagers du comité de défense, avec même le soutien des jeunes du mouvement de la jeunesse communiste !
Elle n'a qu'une solution : que les gens ne viennent plus aux urgences !
Bien sur, la crise des urgences est aussi le reflet de la désorganisation du système global de soins dans notre pays, de la pénurie de professionnels construite de longue date.
Mais réorganiser va prendre du temps et pour l'instant, la population doit être prise en charge dans les urgences car c'est souvent le seul recours.
En plus A. Buzyn s'y prend comme un pied pour réorganiser l'offre de soins extrahospitalière ou plus exactement avec la vision jupitérienne de l'iniitiative individuelle alors que précisément le secteur de la médecine libérale a montré sa faillite dans sa capacité à répondre aux besoins de la population : ses propositions sont dangereuses et l'argent qu'elle prétend injecter (plutôt du recyclage) un gâchis.
Presque la moitié de la somme va être consacrée au SAS, un centre d'appel ... sauf que cela existe déjà : cela s'appelle le centre 15. Mais le gadget à près de 400 millions d'euros d'A. Buzyn est là pour donner des gages au secteur privé, enfoncer un peu plus le service public.
Quant à l'objectif de zéro passages aux urgences pour les personnes âgées, il est à la fois irréaliste et profondément discriminant ! Irréaliste, car si les personnes âgées passent plus de temps que d'autres aux urgences, c'est souvent faute de lits et l'incantation ne va pas en créer. C'est aussi profondément discriminant, car une personne âgée peut avoir les mêmes raisons qu'une jeune d'aller aux urgences et les mêmes besoins de prise en charge technique, rapide.
Sans réouverture de lits, sans création de postes de personnels, les mesures proposées ne règlent rien. Il faut aussi revaloriser les salaires. Les infirmières sont parmi les plus mal payées de l'OCDE. Ne parlons pas des aide-soignantes et ASH ! Ces métiers sont très largement occupés par des femmes et c'est aussi pour cela qu'ils sont mal payés. C'est un objectif de luttes contre inégalités entre les femmes et les hommes !
Bref, il faut adapter les budgets des hôpitaux aux besoins des populations : cela doit avoir une traduction claire dans le prochain budget de la Sécurité Sociale avec une augmentation conséquente de ce fameux ONDAM, objectif national des dépenses d'assurance maladie, voté chaque année à l'automne par le parlement.

Catégories : Ardennes, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel