Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A deux jours du second tour des élections présidentielles...

On se débarrasse de la menteuse, xénophobe qui se prend pour Jeanne d'Arc et on se mobilise contre le soutien des grands patrons et des banques privées, dans la rue et en se rassemblant pour les élections législatives.
Permettez moi de citer Pierre Laurent : "Deux choses font monter le Front national. D’abord, les politiques libérales et l’autoritarisme avec lequel elles sont imposées. Et aussi la banalisation de ses idées. Il faut agir sur ces deux fronts pour faire reculer le FN. Continuer à combattre sans concession ses idées et promouvoir des solutions progressistes pour une nouvelle société débarrassée des dogmes de la rentabilité. On ne combattra pas Marine Le Pen dans la durée sans faire reculer les forces libérales qui soutiennent Macron. Mais on ne fera pas reculer non plus les idées libérales en laissant prospérer Le Pen."
Cela dit tout, et ne baissons pas la garde parce que les derniers sondages sont en baisse pour la menteuse : ne lui donnons pas le plaisir d'un haut pourcentage, ne contribuons pas à la banalisation de ses idées.
Et n'hésitons pas à répéter que l'utilisation du bulletin Macron n'est pas un chèque en blanc en signant la pétition à retrouver ici.
Je l'ai déjà dit : je comprends ceux qui se refusent à mettre un bulletin de vote pour un soutien des politiques ultralibérales, pour celui qui profite de la construction de ce repoussoir qu'est le F Haine par la droite et le PS depuis des décennies maintenant, pour celui dont les politiques ne répondront pas à la colère de ceux qui se sentent méprisés par le "système", ce système que la Le Pen oublie bien de dire que c'est le capitalisme, car elle le soutient, préférant juste les grands patrons français aux autres, mais en se f. des salariés ! Et le débat à ce sujet ne doit pas cliver et surtout pas être une raison d'anathème. Mais personnellement, je ne veux prendre aucun risque pour mes enfants et mes petits enfants, et ne pas se salir avec un bulletin de vote Macron me parait être laisser aux autres le choix et ne pas l'assumer : il faut se débarrasser de l'illusionniste qui en appelle au peuple pour mieux diffuser ces idées xénophobes de haine. Et elle utiliserait non seulement son nombre de voix - évidemment, aucune voix ne doit aller à elle - mais aussi un pourcentage trop élevé qui pourrait être le sien si tous ceux qui ne veulent pas de Macron s’abstenaient.
La suite se passera dans la rue, dans les boites et dans les urnes !
Car la casse sociale que nous promet Macron, au nom de la sacro sainte compétitivité de nos entreprises, va évidemment nécessiter des luttes. Pour une bonne part, la balle va être dans le camps des syndicats, mais évidemment nous les soutiendrons.
Et il y a les élections législatives : face à Macron, les résultats de JL Mélenchon au premier tour des élections législatives sont un encouragement et dans de nombreuses circonscriptions comme celle de la vallée de la Meuse, le candidat de la France Insoumise et du PCF récolte plus de voix que celui qui sera sans doute dimanche soir le président de la république (qui aura eu moins d'un quart des voix des votants au premier tour, moins d'un cinquième des inscrits ... sans parler de tous ceux qui se sont retrouvés désinscrits des listes électorales !).
Les gens ne comprendraient pas, et ils ont raison, que la désunion de la gauche de transformation sociale ne permette pas de concrétiser la force qui s'est exprimée au premier tour par de nombreux députés de la France Insoumise et du PCF. Les élections présidentielles ont changé le paysage politique de la France, montré l'aspiration au renouvellement des décideurs, et avec le vote pour JL Mélenchon, l'aspiration à une gauche sociale, démocratique, écologique, une vraie gauche de transformation sociale ! De cette gauche nouvelle, les gens ont besoin pour les défendre et pour reprendre espoir dans un futur meilleur.
Ne gâchons pas cette potentialité, cet espoir. La politique n'a de sens que pour changer la vie des gens et n'a que faire des invectives partisanes.
Dans les Ardennes, une rencontre a eu lieu en début de semaine entre la fédération des Ardennes du PCF et le groupe d'appui de Sedan de la France Insoumise. Nous avons rencontré des militants aussi désireux que les communistes du rassemblement, des militants sur la même longueur d'onde que nous, sans ego, n'ayant qu'un objectif, construire une alternative aux politiques ultralibérales mortifères pour les hommes et pour la planète. Mais bien difficile de faire un accord respectant la diversité de nos organisations sur une seule circonscription ! Et pas à la hauteur de l'enjeu dans notre département qui souffre tant du chômage, de la misère, de la fermeture des services publics et où le vote F Haine est arrivé en tête dans tant de communes. Le PCF a redit depuis dans une déclaration sa volonté d'une rencontre départementale permettant un accord équilibré pour lequel il est évidemment prêt à retirer des candidats. C'est urgent !

Catégories : Ardennes, Au fil des jours Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel