Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au fil des jours - Page 3

  • La grève des cheminots c'est une question d'intérêt général !

    Privatiser la SNCF, c'est appauvrir notre pays !
    Des explications avec ces vidéos réalisées par Jean Pol


    Catégories : Ardennes, Au fil des jours Lien permanent 0 commentaire
  • Les retraités se mobilisent avec les salariés des EHPAD !

    Huit cent personnes devant la préfecture cette après midi pour dire non à l'augmentation de la CSG : le mépris affiché par le gouvernement pour des retraités accusés d'être des privilégiés, alors que ce même gouvernement a supprimé l'impôt sur la fortune (ISF) et n'arrête pas les cadeaux aux riches, est insupportable !
    La manifestation est partie rejoindre les salariés des EHPAD en grève aujourd'hui pour protester contre leurs conditions de travail et surtout la maltraitance vis à vis des personnes âgées du fait du manque de moyens.


    L'intersyndicale des retraités a publié récemment un texte pour le droit à compensation de la perte d'autonomie assuré à 100% par la sécurité sociale et préconise la mise en place d’un vaste service public de l’aide à l’autonomie regroupant et intégrant progressivement une partie de l’existant actuel, avec des personnels à temps plein (pour celles et ceux qui le souhaitent), plus nombreux, mieux formés, plus  qualifiés et mieux reconnus socialement. Vous pouvez retrouver ce document en cliquant ici.
    La CGT distribuait un tract annonçant les futures mobilisations ardennaises : le 22 (RV à 13 h sur la place de la préfecture) dans le cadre du mouvement national lancé par les fonctionnaires et qui s'étend à l'image de la casse qu'engage le gouvernement actuel et le 24 pour défendre les hôpitaux ardennais (10h devant l'hôpital de Sedan).
    Les métallos étaient là aussi. La presse locale du jour vante les emplois créés chez PSA, histoire de se rappeler que la région a financé des formations dans cette entreprise dont les profits sont connus et qui licencie parallèlement à ses embauches, histoire de diminuer sa masse salariale, alors même que le conseil régional casse tout ce qui est formation qualifiante.

    Catégories : Ardennes, Au fil des jours Lien permanent 0 commentaire
  • Bonne année 2018

    Catégories : Au fil des jours Lien permanent 0 commentaire
  • A lire ! Bien loin du fatalisme ambiant.

    7leviers-une-500x750.pngJe ne saurais que trop vous recommander la lecture du petit livre de Denis Durand : Sept leviers pour prendre le pouvoir sur l'argent.
    Avec une grande clarté, accessible sans guère de connaissances en économie, ce livre explique comment il est possible de reprendre le pouvoir sur l'argent, un élément capital pour changer la vie, en évitant que la recherche du profit maximum ne se substitue à la recherche du bien commun.
    Bien loin du fatalisme qui freine les luttes contre les politiques ultralibérales de Macron, ou de l'attente du grand soir ... qui ne vient jamais, Denis Durand donne des pistes d'actions concrètes, de luttes à mener, du local dans l'entreprise en exigeant plus de droits pour les salariés dans les choix stratégiques de leur entreprise au mondial, avec la lutte contre l'hégémonie du dollar, à remplacer par une monnaie commune mondiale.
    A ceux qui s'interrogent sur les possibilités d'inverser la construction européenne pour la mettre au service des peuples, ce livre fournit aussi des éléments de réflexion et des propositions à travers l'action pour la création d'un fond européen pour le développement des services publics, une manière de retourner le pouvoir de la Banque Centrale Européenne contre les marchés financiers.
    Et oui, l'économie n'est pas, comme certains voudraient nous le faire croire, une science dure, avec des règles auxquelles il nous faudrait nous plier, comme à la pesanteur, mais bien une science humaine, celle des rapports sociaux de production et d'échange ! Et ces rapports, on peut les changer !

    Catégories : Au fil des jours Lien permanent 1 commentaire
  • Rassemblement jeudi 28 septembre pour les retraites !

    15 h devant la préfecture des Ardennes
    Pleins de raisons pour les retraité-e-s d'être mécontents !
    L'augmentation annoncée des retraites au 1er octobre ne fait que compenser l'inflation des douze derniers mois, alors que les retraites sont gelées depuis 2013 et que les retraites complémentaires sont elles aussi gelées : il y a donc baisse du pouvoir d'achat des retraités, une baisse qui va être amplifiée par la hausse de la CSG (cf mon article sur le sujet en cliquant ici).
    C'est d'autant plus idiot que cela a des conséquences sur la consommation des retraités et contribue au freinage de l'économie, à la crise, au chômage !
    Et pour les futurs retraités !
    La création du compte pénibilité avait été une contrepartie de la hausse de l'âge de la retraite, un marchandage accepté par les organisations syndicales réformistes : la cinquième ordonnance Macron en vide le sens : (voir mon article sur le sujet en cliquant ici)
    Le projet de Macron de retraites à points : la déconstruction de la sécurité sociale !
    Et Macron rêve d'une réforme durable : la retraite à points, avec un but, permettre l'automaticité de la baisse des retraites.
    Résumons en simplifiant : la sécurité sociale, instituant une solidarité intergénérationnelle, a permis que chacun sache au moment où il prend sa retraite, combien il va toucher : un pourcentage de son salaire, revalorisé en fonction de l'inflation. La retraite est donc définie et la sécurité sociale doit trouver les ressources pour les financer, au besoin par l'augmentation des cotisations.
    Dans le système à point, chacun saura au moment de sa retraite combien il a de points. La sécurité sociale pourra, chaque année, diviser la somme qu'elle veut attribuer aux retraités par la totalité des points des retraités, attribuant ainsi au point une valeur qui pourrait baisser en cas de crise, voir d'exigences des patrons d'un meilleur taux de profit.
    Cela pourrait être automatique, tous les ans, en fonction d'une formule mathématique obscure, histoire d'écarter tout débat démocratique.
    C'est l'incertitude pour les retraités, la tentation de rechercher pour les salariés une autre manière de garantir leur avenir : assurance privée, placements immobiliers ..., tout du moins pour ceux qui pourront et la fin de la solidarité.
    On se retrouve devant la préfecture jeudi !

    Catégories : Ardennes, Au fil des jours, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire