Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education, formation

  • Rentrée scolaire de tous les dangers

    J'ai déjà abordé sur ce blog le coup de comm. du dédoublement des CP. Ceci ne doit pas masquer le caractère profondément antiégalitaire de la politique éducative de Macron, avec comme but de réserver les formations longues à une élite et de laisser se développer les inégalités entre les territoires comme en témoigne la volonté de sélection à l'université ou la liberté laissée aux communes de revenir à la semaine de 4 jours.
    Le débat sur les rythmes scolaires oublie l'essentiel : la diminution du temps scolaire opéré par la droite en 2005, pénalisant particulièrement les enfants qui n'ont que l'école pour apprendre. La réforme engagée sous le quinquennat Hollande était une mauvaise réponse en esquivant ce fait : les communes ne sont pas là pour supplanter l'état !
    Cette rentrée, c'est aussi pour les lycées la seconde sous la droite du Grand Est. Suffisamment de voix s'étaient levées pour qu'elle n'ose pas supprimer les dispositifs que la gauche avait mis en place en Champagne Ardenne, comme la carte Lycéo ou l'aide à la restauration, sur laquelle s'étaient particulièrement investis les élus communistes, mais la mise en place du tout numérique dans certains lycées interroge sur la conception de la gratuité de l'enseignement : pas un droit, puisque l'aide à l'achat de tablette sera sous condition de ressources, obligeant donc les lycéens ou leurs parents à faire état des ressources familiales et une demi-aide, avec comme recours pour les plus pauvres le fonds social lycéen : un deuxième dossier à faire ! Veut-on vraiment les humilier ? Sans parler de questions non évoquées comme ce qui se passera en cas de casse ? Et d'une question de fond : même les lecteurs les plus assidus sur support numérique savent qu'on ne lit pas de la même manière un livre papier ou numérique, ni que l'on n'écrit pareil. Alors, tout numérique, n'est ce pas amputer l'avenir de nos jeunes autant que le ferait d'ailleurs le refus de ces nouvelles pratiques ?

    Catégories : Ardennes, Education, formation Lien permanent 0 commentaire
  • Des revenus pour tous !

    Le "Penelope gate" a le mérite de mettre au grand jour, outre son aspect scandaleux, la méconnaissance totale par la droite des réalités. Car travail, fictif ou pas, c'est la hauteur des salaires qui frappent, mais F. Fillon ne peut comprendre ... dans son monde de riches ! L'autre jour, René disait, comment, quand il était député, il touchait le salaire d'un ouvrier professionnel et Thierry, son assistant parlementaire, le SMIC ! Le PCF a toujours veillé à ce que la politique ne puisse être un motif d'enrichissement personnel ... mais il est bien seul !
    Au delà de cette disqualification de la droite, il importe de parler projet pour la France, propositions, programme : l'élection présidentielle et les élections législatives qui suivront ne peuvent être le choix du moins "pourri". C'est un moment privilégié de débats : profitons en et dépassons les raccourcis des médias, dominés par le capital pour la plupart.
    Après un an de rencontres, consultations, discussions, le groupe des députés communistes vient de présenter une proposition de loi pour une sécurité de l'emploi et de la formation qui concrétise la volonté d'éradiquer progressivement le chômage et la précarité avec la mise en cohérence de nombreuses propositions : avec ce système, on sécuriserait les gens dans leur emploi et on favoriserait une mobilité choisie et ascensionnelle, dans la sécurité des revenus et des droits de chacun. Chaque travailleur pourrait alterner, de sa sortie de formation initiale jusqu’à sa retraite, emplois stables et correctement rémunérés et formations permettant d’accéder à de nouveaux emplois, avec la garantie d’une continuité de revenus et de droits élevés. Le document déposé à l'assemblée nationale fait 72 pages et je ne vais évidemment pas vous en détailler le contenu ici : vous pouvez le trouver en cliquant ici. Disons simplement qu'il s'intéresse à tous les moments de la vie adulte, avec à l'article 9 une allocation d’autonomie-formation pour les étudiants, sans autre condition que la poursuite assidue de leurs études, à l'article 12, le retour à la retraite à 60 ans, à taux plein avec 150 trimestres cotisés et évidemment toute une série de mesures pour sécuriser l'emploi. Car si le débat existe sur la notion de revenu universel, dont les présentations diverses entérinent toutes la persistance d'un haut niveau de chômage et font l'impasse sur l'entreprise, lieu de production de la richesse, il y a bien évidemment une exigence partagée : il faut des revenus pour tous ! Dans le cadre d'un statut solidaire et non de la charité (pour ne pas dire, de la recherche de la paix sociale !).
    Tous les aspects nécessaires à la sécurisation de l'emploi sont abordés : le contrat de travail, le service public de l'emploi, la lutte contre la précarité, la durée du travail, le droit de préemption des salariés, la formation professionnelle, les droits nouveaux pour les salariés ... sans oublier la fonction publique et le financement. Je n'en dis pas plus - allez la lire - ce ne sont pas des déclarations de principes, mais la construction concrète d'une sécurité de revenus pour nos concitoyens et au lieu du gâchis du CICE, une autre utilisation de l'argent public pour un développement social, écologique de notre pays.
    L'élection présidentielle et les élections législatives, un moment privilégié de débats : rien n'est joué ... mais le temps presse pour rassembler à gauche et c'est bien sur des idées, pas sur des personnes, ou des étiquettes, que peut se faire le rassemblement majoritaire permettant à notre peuple de se sortir de l'impasse d'un second tour FN/droite (ou sa jumelle, la macronite). Ces idées, ce sont une grande ambition de progrès social, une lutte acharnée contre le pouvoir de la finance, une nouvelle manière de produire, sociale, écologique, répondant aux besoins des populations, une VIème république avec une nouvelle démocratie, politique et sociale, une Europe orientée vers un développement solidaire et soutenable.
    Ne jouons pas petits bras, enfermés dans des étiquettes ! Jeudi à 20 h une réunion publique de soutien à la campagne de JL Mélenchon est organisée à la salle de Nevers à Charleville : l'occasion de passer à la vitesse supérieure dans la campagne !

    insoumis.jpg

    Catégories : Ardennes, Au fil des jours, Education, formation Lien permanent 0 commentaire
  • Elles, ils, attendent encore leur bourse à quelques jours de Noël !

    A l'IFSI (école d'infirmiers/infirmières) de Charleville-Mézières, les étudiants de première année espèrent toujours que ce sera pour demain ... si ce n'est que les jours passent et se succèdent sans apporter la bonne nouvelle !
    La bonne nouvelle, ce serait l'acceptation de la bourse et le premier versement.
    Devant les difficultés financières, certains ont déjà abandonné les études.
    En plus la qualité de boursiers permet d'obtenir parfois d'autres aides, dans la comcom de la pointe par exemple.
    Pour mémoire, les bourses des formations sanitaires et sociales sont attribuées par le conseil régional. Si on peut comprendre certaines difficultés liées à la fusion des régions, celle-là ne peut pas se comprendre : c'est un pur travail administratif et financièrement le premier trimestre de l'année scolaire concerne le budget 2016. Il est donc déjà voté depuis un moment. P. Richert, le président du Grand Est, a-t-il à ce point désorganisé les services de la région ou est ce un choix politique volontaire pour vider les écoles ? C'est en tout cas socialement inacceptable !

    Catégories : Ardennes, Champagne Ardenne, Education, formation, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Le CPA, une réforme très ambiguë !

    Créé par la loi El Khomri, le CPA (compte personnel d'activité) entre en vigueur le 1er janvier 2017.
    Il se veut un des dispositifs phare en faveur des salariés dans cette loi et l'ambition était d'ailleurs de l'utiliser pour masquer d'autres mesures ! Les salariés ne se sont pas laissés abuser.
    Ce CPA est une réforme embryonnaire, de peu de portée pratique, mais de grand potentiel de développement, un développement porteur de tous les risques même s'il peut aussi être la première pierre d'une vraie sécurité de l'emploi.

    Lire la suite

    Catégories : Education, formation Lien permanent 0 commentaire
  • La maison de l'emploi ferme et supprime des emplois !

    Un comble pour l'emploi.
    J'avais prévu de mettre en ligne ce texte écrit depuis hier. Mais je ne le peux, sans dire un mot de l'élection de Trump aux Etats Unis : une fort mauvaise nouvelle qui doit nous interroger sur nos formes de démocraties occidentales qui laissent la moitié de la population de côté, faute de répondre à leurs problèmes, leurs aspirations, une fort mauvaise nouvelle aussi des montées de l'individualisme, incapable de résoudre les enjeux de ce siècle de dérèglement climatique, de migrations, de croissance des populations de par le monde et de nécessaire partage des richesses, car plus que jamais, c'est dans la coopération, l'échange, la mise en commun et le respect de l'autre que chaque être humain trouvera un chemin d'émancipation et de bonheur. A bas ce capitalisme sauvage et débridé qui divise les peuples pour mieux régner !
    La maison de l'emploi de Charleville-Mézières ferme : une fin quasiment annoncée depuis le début, et les élus communistes de Charleville-Mézières avaient d'ailleurs votée contre sa création : faire payer aux collectivités, les politiques de l'emploi à la charge de l'Etat moyennant une subvention bien loin de couvrir toutes les dépenses et apporter un soit disant meilleur service aux demandeurs d'emploi par une unité de lieu étaient les fondements de ces créations de maisons de l'emploi. Avant même d'être concrétisé, le second point n'avait plus lieu d'être : ANPE et ASSEDIC avaient fusionné pour donner Pôle Emploi, plus apte à répondre aux attentes du capital : culpabiliser les demandeurs d'emploi et les fliquer.
    Maison de l'emploi, ça sonne bien et l'ancienne maire de Charleville-Mézières avait sauté sur cette idée, comme s'il suffisait de cela pour créer des emplois.
    Grâce à la compétence de ses personnels, la maison de l'emploi a su, malgré tout, apporter un plus, créer des services. Cela lui avait valu de survivre, là où d'autres maisons de l'emploi fermaient. Elle a embauché pour mieux répondre aux besoins qui s'exprimaient. Et ce sont ces salariés dont on voudrait maintenant se débarrasser ! Dès 2014, on avait compris que le nouveau maire ne se battrait pas pour la pérennité de cette structure ! Les mesures d'économies du gouvernement ont fait le reste.
    Parmi les salariés, il y a celles de l'Espace Métiers, entièrement financé par le conseil régional.
    Ce qui était en 2005 action volontaire de la région, mettre en place un service d'orientation pour tous ceux qui sont sortis du système scolaire est devenu obligation pour les régions. Il ne paraîtrait pas concevable que le nouveau président de région, P. Richert, n'accepte pas le transfert de ces personnels à la région, sauf à remettre en cause une politique d'orientation de proximité. Ceci est d'autant plus nécessaire, que la mise en place du compte personnel de formation n'a aucun sens si on ne donne pas aux salariés la possibilité d'un conseil en évolution professionnelle. Sinon, ce sont encore uniquement les plus formés qui vont utiliser leur CPF car ils sauront comment. Dans ces attributions, l'Espace Métiers doit donner un premier niveau de conseil en évolution professionnelle : sa fermeture serait un très mauvais signal donné à la population.
    Enfin, la maison de l'emploi ferme. Que va devenir la mission locale, logée dans ses locaux ?

    Catégories : Ardennes, Education, formation Lien permanent 0 commentaire