Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pas d'élu régional dans la Pointe des Ardennes : et si on posait les vraies questions !

    Les vraies questions, celles de la démocratie, celles de la solidarité et pas celle de l'égo du président de la communauté de communes Ardennes Rives de Meuse !
    Le conseiller régional sortant de Les Républicains, président de la comcom, se voyait déjà siéger à Strasbourg. Il pose une vraie question mais ne voit pas plus loin que le bout de son nez, son mandat perdu !
    Une vraie question, car dans l'abominable réforme des régions, cette fusion non voulue de la Champagne Ardenne avec la Lorraine et l'Alsace, il avait presque disparu le fait qu'il y aurait moins de conseillers régionaux dans les Ardennes (comme dans d'autres départements de notre, encore actuelle jusqu'à jeudi, région !). Mais il y avait tant de choses à critiquer ! Et en plus il était à la mode de dire qu'il fallait moins d'élus !
    Et cela a été amplifié par le mode de scrutin ! Mais qui a inventé ce mode de scrutin ? L'UMP, le parti auquel appartenait le président de la comcom avant sa transformation à l'américaine. C'est en effet à l'époque de Chirac et Balladur qu'a été votée la loi de 2003 modifiant le mode de scrutin. Jusqu'en 1998, les conseillers régionaux étaient élus à la proportionnelle sur des listes départementales. La loi votée en 2003 donne une prime à la liste arrivée en tête. Mais en plus, le mode de répartition des élus amplifie, à la fois la place des listes recueillant le plus de voix, mais aussi la représentation au sein de chaque liste des plus gros départements : la prime aux gros contre les petits ! Et c'est ainsi que les Ardennes ne se retrouvent qu'avec sept conseillers régionaux. C'est l'arroseur arrosé !
    Une vraie question : prenons seulement le cas des lycées. Chaque élu sortant siégeait dans les conseils d'administration de trois lycées (je ne vous parle pas de B. Dekens qui n'avait même pas voulu aller jusqu'à Revin !). Là, cela va en faire encore plus, alors que les CA ont souvent lieu aux mêmes dates, imposées par des contraintes financières (le vote du budget avant le 30 novembre par exemple). Quel élu fera le choix d'aller jusqu'au lycée de Givet, un lycée qui mérite pourtant beaucoup d'attention au vu des menaces que fait planer la gestion à l'économie de l'Education Nationale.
    Mais apportons de vraies propositions de réponses !
    - des élections à la proportionnelle intégrale ! Ceux qui justifient leur refus de la proportionnelle par le Front National (et ont contribué à donner de l'importance à cette formation haineuse) devraient comprendre que là aussi, c'est l'arroseur arrosé ! Le risque de voir le FN gagner des régions a transformé les élections en calculs politiciens au lieu du nécessaire débat sur les politiques régionales et contribué à éloigner les citoyens des urnes ou à leur poser des cas de conscience bien loin des projets à avoir pour notre région et je ne reviendrai pas ici sur le second tour dans notre région.
    La proportionnelle intégrale ne résoudrait pas la question de la Pointe des Ardennes, plus globalement de la répartition territoriale des élus au sein des départements, mais au moins les Ardennes n'auraient pas eu la désagréable surprise de voir leur représentation en région diminuer au delà de ce qui était attendu.
    - revenons sur la place des élus et arrêtons de vouloir en diminuer le nombre ! Encore faudrait il que les élus méritent cette place ! Mais les caricatures justifiées par des exemples célèbres ne doivent pas cacher la réalité de tous ces élus de l'ombre, qui font leur boulot d'élus et qui sont nécessaires à notre démocratie. Leur nombre (et j'ai donné l'exemple à propos des représentations dans les CA des lycées), leur pluralité, est un gage pour notre démocratie. Sans doute faut il se donner des garanties pour que les élus ne soient pas dans leur monde, mais de vrais représentants du peuple et cela passe à l'évidence par l'absence de professionnalisation de la politique, le non cumul des mandats, la limitation dans la durée, tout en sachant que c'est sans doute des changements beaucoup plus profonds qui sont nécessaires, le mode de fonctionnement actuel poussant par exemple au cumul des mandats, car avoir un mandat sert à se faire connaître et donne plus de chance d'être élu ! On revient donc à la question de la proportionnelle, favorisant l'élection sur des idées plutôt que sur un nom, mais c'est aussi la question de l'organisation du débat politique (et les partis politiques ont, quoi qu'on en dise un rôle nécessaire dans ce débat) et, pour aller plus loin vers un vrai débat de société, c'est aussi toute la question du temps de travail : sa diminution (justifiée par ailleurs par l'évolution de notre société) favoriserait la possibilité pour tous de se livrer à d'autres activités, et parmi celles-là l'engagement politique, tout en restant en lien étroit avec les réalités de la vie de tous les jours, le travail en étant un élément essentiel.
    - la solidarité entre les territoires du département, de la région, de la République française, de notre planète ! Faire accréditer l'idée que la Pointe des Ardennes serait oubliée parce qu'il n'y a pas d'élu siégeant à Strasbourg, c'est contribuer à diffuser l'idée que les élus régionaux n'auront pas une vue globale de la région, mais se battrons chacun pour leur territoire ! Vu les élus que l'on a après ces abominables élections, c'est malheureusement sans doute vrai ! Et cela veut sans doute dire que B. Dekens ne fait même pas confiance aux autres élus ardennais de sa liste ! C'est vrai que les récentes déclarations de Ravignon sur l'hôpital, contre la réalité des habitants du nord du département, contribuent à faire partager ces craintes.
    Arrêtons de propager ces idées d'opposition, de division, les Givetois contre les Carolomacériens, les Ardennais contre les Alsaciens, les Français contre les étrangers ... C'est faire le jeu des riches de ce monde, pour qui les frontières n'existent pas pour s'empiffrer sur le dos des peuples, de tous les peuples !

    Catégories : Ardennes Lien permanent 13 commentaires
  • Hôpital : Ravignon n'a rien compris !

    L'humain d'abord, avant la finance !
    hôpital.jpgRavignon et à sa suite le PS ardennais ont trouvé un nouveau bouc émissaire des difficultés de l'hôpital : les gens qui vont se faire soigner en Belgique !
    Et oui, la répartition est inégale : il y a beaucoup plus de Français qui vont se faire soigner en Belgique que de Belges qui viennent en France. Mais ont ils regardé la carte des Ardennes ? C'est la proximité que cherchent les gens, qu'ils soient Français ou Belges.
    Il faudrait augmenter l'activité de l'hôpital de Charleville-Mézières ? Curieusement, le discours de la droite ardennaise s'en prend plus aux habitants de la Pointe qu'aux médecins carolomacériens qui orientent vers le secteur privé rémois. Mais la notion de défense du service public n'est pas leur fort !
    C'est en plus absurde : la tarification à l'activité a été conçue pour diminuer les ressources de l'hôpital, pas pour leur donner les finances permettant de couvrir leurs besoins et les tarifs sont fixés arbitrairement chaque année, de telle manière que plus d'activité, ce sont des tarifs revus à la baisse et que dans beaucoup de cas, l'hôpital perd des sous en soignant certaines pathologies.
    Mais s'en prendre aux habitants de la pointe, c'est éviter de remettre en cause la tarification à l'activité, la loi de financement de la sécurité sociale. C'est contribuer à culpabiliser, à diviser.
    Un mauvais point pour Ravignon & Co.

    Catégories : Ardennes, santé Lien permanent 2 commentaires
  • Deuxième tour des élections régionales dans le grand est.

    Le deuxième tour des élections régionales va être une souffrance pour toutes celles et tous ceux qui sont épris de justice sociale !
    Et le débat est vif, comme il avait déjà été vif sur ce même sujet du second tour avant que les résultats du premier ne soient connus !
    Chacun explicite sa vision, ce qu'il fera dimanche : quelque soit la passion que l'on peut avoir pour défendre "son choix" stratégique, il convient à l'évidence de garder une certaine modération et d'éviter tout anathème : sinon, le FN, la droite, le PS, le MEDEF par dessus tout, auront gagné : ils auront réussi à diviser la seule alternative possible à la situation de crise de notre pays, celle qui s'en prend au monde de la finance, celle qui considère que l'austérité n'est pas inéluctable et que si austérité il doit y avoir, c'est pour le patronat, pas pour le peuple !
    Quelque soit le résultat de dimanche, la suite se fera, non dans l'institution régionale, mais dans l'action, dans la rue !
    Et quelque soit le résultat de dimanche, il y a urgence à porter un projet de société qui redonne espoir : nous en avons les bases. Et la magnifique campagne menée par Patrick Péron et tous les candidats, par Franck Tuot dans les Ardennes et tous les autres, a permis des rencontres merveilleuses, de quoi construire l'avenir. Merci à eux !
    Le vote de dimanche ne mérite donc pas de s'entredéchirer !
    Chacun réagit plus en fonction de son appréciation de ce qui va bouger dans l'opinion d'ici dimanche et donc de la capacité de son vote à changer le résultat, de son affect (certains défenseurs des opprimés se sentent obligés soudain de défendre Masseret, "l'opprimé de Valls"), du quand dira-t-on, de son appréciation des conséquences de l'élection d'un président de région FN, etc ... que de toute logique.
    Pour ma part, je voterai Richert. Pourquoi ?
    - déjà parce que je pense que donner la région au FHaine compliquera toutes les luttes à venir : comme je l'ai expliqué dans un précédent article, ce parti nauséabond vend des mirages. Certains pensent qu'il faut que les gens en fassent l'expérience ... sauf que je n'ai jamais été partisane de la politique du pire et qu'en plus leur donner la région, c'est leur donner des armes pour la conquête du pouvoir en France, d'autant plus que Philippot est dans le "politiquement correct" et le restera jusqu'aux élections présidentielles. Après, bonjour les dégâts !
    - le "quand dira-t-on ?" a toujours été le cadet de mes soucis ! Ceci dit, j'ai été un temps convaincue qu'il ne fallait pas de position officielle, parce que les amalgames se font si vite ! Mais il y a aussi besoin de débattre et donc de dire les choses précisément et tout compte fait, ceux qui font des amalgames sont plutôt des vieux anticommunistes primaires. Ils utilisent cela comme ils auraient utilisé n'importe quelle position !
    - la défense du "pauvre" Masseret me fait rire ! Son opposition au gouvernement n'est que circonstancielle et on ne l'a vu s'opposer à aucune des mesures destructrices prises par les Valls Hollande, même pas à la réforme territoriale.
    - la question qui mérite le plus débat est évidemment de savoir ce qui va bouger dans l'opinion d'ici dimanche. Nous ne sommes pas dans le Nord Pas de Calais Picardie où le total des voix de la gauche réunie pouvait passer devant la droite (ça c'est pour répondre à ceux qui veulent opposer les communistes du NPdCP à ceux du grand est !). La marche à franchir est trop énorme pour que Masseret ait une quelconque chance ! Tout du moins à mon avis. C'est vrai que certaines personnes votent plus facilement lors du second tour, mais c'est aussi vrai que vu l'offre qu'il y a ce n'est du tout certain que l'abstention soit moindre dimanche ! Les municipales ont aussi montré que lors du second tour de nombreux électeurs du FN du premier tour se tournaient vers la droite : coup de colère au premier tour et vote pour un parti plus prévisible dans sa gestion au second tour ou choix entre les deux listes arrivées en tête pour être efficace : dans ce second cas, la situation des régionales n'est pas celle des municipales à Reims ou Charleville Mézières. Le but est évidemment de faire barrage au FN. Si Masseret n'a aucune chance (et rappelons pour ceux qui l'ont oublié que la région, c'est maintenant avec l'Alsace et que l'Alsace était de droite), il faut tout faire pour que Richert soit élu, mais avec le moins de voix possibles pour ne pas pouvoir triompher ! Et là, c'est le coup de poker ! Abstention ou vote pour Richert ? Pour ma part, je préfère ne pas prendre le risque qu'il ne manque qu'une voix à Richert pour passer devant le FHaine !
    Le président de la République veut modifier la constitution : il ferait mieux de rétablir la proportionnelle pour les élections régionales, l'installer dans les autres que de prolonger des mesures antidémocratiques en rapport avec l'état d'urgence ! Cela nous éviterait de devoir jouer au poker !

    Catégories : Au fil des jours, Champagne Ardenne Lien permanent 13 commentaires
  • ARS et réforme territoriale : le gâchis et en plus la maltraitance des personnels !

    J'ai dans un article précédent donné quelques éléments sur le dernier conseil de surveillance de l'ARS de Champagne Ardenne (à relire en cliquant ici). Je ne vous avais pas parlé réforme territoriale. Pour cause, cela avait été traité en une phrase, le directeur indiquant qu'il ne pouvait en parler puisque le projet de réorganisation des services était avant tout soumis aux instances représentatives du personnel.
    Sauf que j'ai appris depuis que la concertation avec les personnels était faite en dépit du bon sens avec des documents transmis seulement deux heures avant le comité d'agence !
    Car évidemment, il faut faire vite pour que ça ne se sache pas ! Presque rien ne resterait à Chalons en Champagne, ce qui évidemment pose un problème majeur pour le personnel (avec déjà des statuts différents et pas forcément protecteur après la création des ARS) mais aussi pour l'emploi à Chalons et pour la santé globalement en région : déjà que la création des ARS faisait partie des réformes nuisibles, en plus maintenant les lieux de décision vont s'éloigner, manière de pouvoir prendre encore un peu plus de décisions en douce !

    Catégories : Champagne Ardenne, santé Lien permanent 0 commentaire