Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé et protection sociale - Page 6

  • Une vraie politique solidaire de la perte d’autonomie

    Dans la suite de mes deux précédents articles, analysant le rapport Libault, voici quelques propositions pour une vraie politique solidaire de la perte d'autonomie.
    Retenons de la consultation la volonté populaire de la prise en charge publique : c’est un point d’appui essentiel dans les luttes à mener pour une politique solidaire permettant de prévenir et de minimiser les conséquences de la perte d’autonomie pour assurer à nos aîné.e.s une vie digne.

    Lire la suite

    Catégories : santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Rapport Libault - suite - analyse succincte des propositions

    Dans la suite de mon précédent article (à retrouver en cliquant ici), voici une analyse à la fois sans doute trop longue à lire, mais qui reste trop succincte des propositions du rapport : d’autres auraient mérité d’être commentées : au-delà d’un discours semblant répondre aux attentes, l'imprégnation par l'idéologie libérale est constante, plus ou moins masquée.

    Lire la suite

    Catégories : santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Rapport Libault : un rapport sur la perte d'autonomie marqué par l'idéologie du grand patronat

    Le rapport Libault sur « Grand âge et autonomie » date déjà un peu mais sa lecture nécessite un décryptage qui demande du temps. Il mélange ce que l’auteur a bien voulu retenir de la concertation et un nombre conséquent de propositions (175) au contenu très divers, de la bonne intention à aspect pseudo éthique à des mesures très techniques, à l’occasion intéressantes, en ayant picoré ici et là, pour faire rassembleur, tout en distillant son idéologie, au service du grand patronat.
    Vous m'excuserez donc de ne vous livrer que maintenant ces premières réflexions. Suivront ultérieurement une analyse des propositions et une autre vision d'une politique solidaire de la perte d'autonomie.
    Ce rapport a officiellement pour but de faire des propositions à la suite de la concertation organisée par le gouvernement sur le grand âge et de préparer des réformes.
    Il ne fera pas date dans l’histoire des idées de la protection sociale. Car s'il s’ouvre sur une citation de Pierre Laroque (une allusion à la création de la Sécurité sociale est de bon ton, tout en étant moins engageante en citant un haut fonctionnaire qu’un ministre communiste !) il ne donne pas à voir un projet de société prenant convenablement en charge les vieux, mais reste très conjoncturel dans les propositions, et, pire, ce rapport sue l’idéologie libérale au service du grand patronat :  la perte d’autonomie demanderait des moyens financiers importants pour une bonne prise en charge et en demandera encore plus dans les années à venir. L’avenir est à l’assurance privée car il faut diminuer la dépense publique. Pour l’instant il convient seulement de répondre à l’attente des Françaises et des Français, en communiquant et en faisant payer par les retraité.e.s eux-mêmes une aide aux personnes en perte d’autonomie les plus en difficulté sociale. Le refus de solutions solidaires s'associe à une grande condescendance vis à vis des « petites mains » de la prise en charge de la perte d’autonomie et à une ignorance totale de l’urgence d’un progrès démocratique. Sans doute pour contribuer à la confusion et à l’incertitude sur les suites qui seront données, le dossier de presse met en avant des propositions clés et des priorités dans des ordres différents !

    Lire la suite

    Catégories : santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Note de lecture : Le retour des domestiques de Laurent Carbonnier et Nathalie Morel

    Les auteurs se situent dans le cadre économique actuel, proposant simplement de mieux utiliser l’argent public dans le cadre budgétaire contraint actuel, sans même évoquer que cette contrainte n’est qu’artificielle. Leur plaidoyer pour un service public de la petite enfance et d’aide à domicile pour les personnes âgées dépendantes n’en a que plus d’intérêt, témoignant d’une création possible à très court terme … pour autant qu’en existe la volonté politique. Car, ils le disent bien dès l’introduction, la situation actuelle est le fait d’un choix de société, favorisant avant tout les services pour les plus aisés. Une bonne documentation et une écriture agréable complètent l’intérêt de la lecture de ce livre.

    Lire la suite

    Catégories : santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Entrevue avec un conseiller de Madame Buzyn

    Socrate disait "je sais que je ne sais rien". Mais le conseiller de la ministre de la santé, comme d'ailleurs le directeur de l'unité territoriale des Ardennes de l'ARS, est plus fort que Socrate ou tout du moins le pense, car il sait ce qui est bon pour l'organisation du système de santé dans les Ardennes ! Triste suffisance pour masquer l'incompétence !
    A l'occasion de la venue de Mme Buzyn dans le département pour signer le Pacte Ardennes, une délégation du comité de défense des l'hôpitaux et de responsables syndicaux des personnels hospitaliers a été reçue par un conseiller de la ministre, accompagné du directeur de l'ARS des Ardennes. En moins de 24 h nous avions organisé un rassemblement de soutien à l'occasion de laquelle a été faite cette vidéo.
    La délégation ne comptait pas obtenir de résultats, simplement redire l'incroyable dégradation des soins, la souffrance du personnel et son opposition à la fusion des hôpitaux. Mais les réponses ont été caricaturales : ils préparent l'avenir et eux savent. Alors que les hôpitaux ont précisément deux problèmes, celui des moyens financiers et celui des injonctions (liées à la volonté d'économie, mais aussi à la volonté de favoriser le secteur privé) venues de l'extérieur pour organiser le travail ou plutôt le désorganiser.
    Le service public : connaissent pas ! Dans le Pacte Ardennes, il y aurait le financement de maisons de santé. La copine les reprend pour dire notre attachement aux centres de santé. La réponse fuse : oui bien sur il faut les deux et le discours reprend, ne parlant que des maisons de santé, avec un exemple particulièrement scandaleux : une aide financière pour créer une maison qui va permettre de regrouper des médecins généralistes déjà installés, bref de l'argent public qui n'aura même pas l'avantage d'attirer de nouveaux médecins !
    Le projet de loi de santé est discuté à partir de la semaine prochaine à l'assemblée nationale. Le gouvernement vient de déposer un amendement ... pour rassurer le secteur privé. Les hôpitaux de proximité seront vidés de leurs services actifs, mais donneront un outil de travail aux médecins libéraux !

    Catégories : Ardennes, santé et protection sociale Lien permanent 2 commentaires