Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Champagne Ardenne - Page 4

  • Si P. Richert abandonnait la carte Lycéo, il aurait tout faux !

    index.jpgLa presse locale d'hier est inquiétante : impossible pour le journaliste d'obtenir la garantie de la pérennisation de la carte Lycéo, cette carte qui permet aux lycéens de ne pas débourser un sou pour louer leurs manuels scolaires et a aussi un volet culture et depuis peu sport.
    Ce n'est évidemment pas sur le nom de la carte Lycéo que se pose la question : la Lorraine ne l'avait pas, mais avait un dispositif tout aussi intéressant pour les lycéens. Et évidemment, il faut uniformiser. Mais c'est bien sur le principe ! Car l'Alsace n'avait qu'un dispositif d'aide pour les lycéens les plus "pauvres".
    P. Richert aurait tort, car le nivellement par le bas, avec généralisation du dispositif alsacien, ce serait une catastrophe pour de très nombreux lycéens ! A-t-il bien réalisé que, je vais dire 50%, car c'est très approximatif mais proche de la vérité et facile à retenir, 50% des familles ne paient pas d'impôts sur le revenu ... et ne font donc pas partie des familles riches. A-t-il bien réalisé que beaucoup de familles sont juste au dessus de ce seuil et qu'on ne peut pas non plus les traiter de riches ! Alors, évidemment, il y a des lycéens dont les parents sont riches, mais c'est une minorité ! Veut il créer une usine à gaz de contrôle des revenus des familles pour exclure de ce dispositif les 10 ou 20% des lycéens pour lesquels la carte Lycéo (ou son équivalent lorrain) n'a aucune importance ? Evidemment non, c'est au contraire pour réserver l'aide à une infime minorité et laisser plein de jeunes sur le carreau !
    P. Richert aurait tort car la gratuité de l'éducation est au coeur des principes de notre République.
    P. Richert aurait tort, car ce serait une énorme faute politique, un cadeau au FHaine qui surfe sur l'opposition entre les pauvres et les un peu moins pauvres. Il faut en finir avec ces politiques qui fragmentent notre société, qui essaient de se donner bonne conscience en aidant quelques uns et en abandonnant les autres. Il nous faut des politiques de droits, pas de charité !
    Et s'il ne sait pas comment financer, qu'il se batte contre les dotations insuffisantes. Mais il faut aussi qu'il fasse des choix pour les habitants de notre région, pas pour son prestige ou pour le MEDEF ! La Lorraine et la Champagne Ardenne avaient su trouver les financements pour les lycéens !
    La démocratie, ce n'est pas uniquement sur le choix du nom de la région ! Il faut écouter les protestations que l'on entend à la suite de l'article d'hier !
    L'avenir, ce n'est pas uniquement une idée à donner à travers le nom de la région : il ne faudrait pas que les politiques nous ramènent dix ans en arrière !
    Car de fait, deux des trois noms proposés ont l'avantage de tourner la région vers l'avenir, que ce soit la nouvelle Austrasie, ce nom faisant le lien entre l'histoire ancienne et le futur et le "nouvelle" change tout par rapport à ce qui n'aurait été que nostalgie de l'époque féodale, quand à Acalie, depuis le début, je dis que s'appeler des Acaliens et des Acaliennes, cela fait science fiction et que comme la fusion des régions paraissait un projet irréel (c'est d'ailleurs une catastrophe que cela devienne réalité) nous étions dans la fiction, mais la science fiction, la politique fiction, c'est aussi l'anticipation de l'avenir ! Au cas où vous n'auriez pas compris, "Rhin Champagne", cela ne me plait pas !
    Et pour en finir avec la question de la carte Lycéo, l'abandon d'un système pour tous serait aussi très inquiétante sur les décisions que la région sera amenées à prendre pour les transports scolaires, une nouvelle compétence des régions.

    Catégories : Champagne Ardenne Lien permanent 0 commentaire
  • Hôpital de St Dizier : la population paie pour les banques !

    La cour régionale des comptes a publié il y a quelques jours son rapport sur l'hôpital de St Dizier. On y trouve ce que l'on trouve dans quasiment tous les rapports de la cour des comptes concernant des hôpitaux sur la paie des médecins, histoire de faire les choux gras de la presse locale et de masquer le reste et le reste, c'est que l'hôpital finance des banques ! Sans parler, l'air de ne pas y toucher, des allusions à l'avenir, un avenir en forme de GHT (groupement hospitalier de territoire) et de GCS (groupement de coopération sanitaire), bref concrètement de réduction de l'offre de soins si on ne se bouge pas !
    Je ne commenterai pas, pour rester sur l'essentiel, d'autres points intéressants, comme la vente de l'ancien hôpital, sans estimation des domaines. Pour lire le rapport dans sa totalité cliquez ici.
    Le banal d'un rapport de la cour des comptes !
    - tout est bon à prendre pour ceux qui veulent réduire les dépenses publiques, et la cour des comptes stigmatise l'accord local au moment de la mise en application des 35 heures comme trop bon pour les personnels : quand on sait la difficulté du travail hospitalier ! En plus les avantages n'ont pas l'air bien conséquent !
    - le grand truc : les médecins contractuels, intérimaires ... Effectivement, c'est indécent ! Sauf que quand un directeur d'hôpital n'a pas d'autres choix pour assurer la continuité du service public, on peut comprendre qu'il accepte. D'autant plus que l'absence de remplacements, la contrainte sur les équipes en place peut déstabiliser celles-ci, faciliter des départs, et fragiliser encore plus l'hôpital. Curieusement, on ne met jamais en cause ce que gagnent les médecins dans une clinique privée. Pourtant un anesthésiste dans le privé gagne facilement deux fois plus qu'un médecin dans le public en fin de carrière, que l'intérimaire le mieux rémunéré ... et souvent sans les aléas des urgences. Et les mesures contre les dépassements d'honoraires sont si timides !
    - enfin, la cour des comptes se permet de juger de l'activité médicale ! Les durées d'hospitalisation seraient trop longues, le taux de chirurgie ambulatoire pas assez élevé. Pourtant le rapport décrit brièvement les particularités du bassin de population, l'importance du taux de chômage. Mais la relation n'est pas faite ! Combien de personnes âgées isolées, car les enfants sont partis au loin chercher un emploi ? Derrière les chiffres se cachent ces réalités, la vie réelle, la misère trop souvent.
    Sans les intérêts payés aux banques, le budget de l'hôpital serait quasiment équilibré !
    Je résume : en gros 2,5 Millions d'euros de déficit annuel moyen, 2 M€ d'intérêts annuels payés aux banques sans compter les intérêts pour une ligne de trésorerie, dont le rapport laisse bien comprendre que les banques tiennent compte de la situation difficile de l'hôpital pour en majorer les taux !
    Soit moins de 500 000 € de déficit annuel sur un budget de près de 70 M€ (moins de 1% ; je n'ose affiner, mes chiffres étant arrondis, à la fois parce que certains ne sont pas dans le rapport, et puis pour plus de clarté).
    Rappelons : l'hôpital de St Dizier a été reconstruit, avec des fonds venant essentiellement d'un emprunt ! La nécessité pour un hôpital de devoir emprunter auprès des banques privées est un véritable scandale. D'ailleurs on peut même fort légitimement se poser la question du financement de ces travaux : ne serait-ce pas à l'Etat de payer ces investissements nécessaires à notre pays ? Les mécanismes actuels servent à enrichir les banques privées, qui, elles, s'alimentent auprès de la BCE à des taux quasiment nuls. En plus, à St Dizier, cela c'est plutôt mal passé puisque deux emprunts sont "à risque". Si cela vous intéresse, je vous laisse découvrir comment l'hôpital a renégocié l'un d'entre eux et comment le second reste une menace en allant voir ce rapport.  Mais la conclusion est claire : avec l'argent de nos cotisations de sécurité sociale, nous payons les banques privées !
    Et quand on parle de déficit, c'est aussi en incluant 2 M€ de remboursement de la dette chaque année. Bref, si l'hôpital n'avait pas été reconstruit, ou si, l'état avait joué le rôle qui devrait être le sien, l'hôpital serait excédentaire !
    Une suite en pointillé.
    Le rapport de la cour des comptes décrit le plan de retour à l'équilibre (PRE) demandé par l'ARS : 2,8M € économies par an : 1 M€ sur les personnels médicaux, le reste, 1,8M€ sur les personnels non médicaux. Il y a déjà eu 30 emplois supprimés entre 2010 et 2013. Combien le seront dans ce PRE ? On fait payer au personnel et donc, à travers la qualité des soins qui évidemment va en souffrir, à la population, les intérêts payés aux banques !
    Le début du rapport pointe l'absence de projet médical. Sauf qu'il n'en donne pas les causes. Car d'après ce que je sais, la volonté des médecins n'était pas celle de l'ARS. Et on ne peut que le comprendre. La volonté de l'ARS, c'était de mettre en place un GCS avec la clinique privée de St Dizier. On y a goûté à Charleville-Mézières. On sait comment cela détériore l'hôpital ! Et là, le projet était encore pire, puisqu'il n'y aurait plus eu de chirurgie dans un cadre public (et je vous passe les détails). L'ARS n'a pas dit son dernier mot !
    Dans son approche comptable, la cour des comptes se félicite de la fermeture de la maternité de Vitry le François et reproche le manque de coopération avec l'hôpital de Bar le Duc : des perspectives nouvelles sont ouvertes par la loi Touraine et la mise en place de GHT, des perspectives nouvelles pour des économies nouvelles et des suppressions d'activité à St Dizier ou à Vitry le François ou à Bar le Duc.
    Cela ne peut qu'inciter à la vigilance et à l'action : moins de proximité, c'est moins de santé ! Ce ne sont pas les comptables qui doivent avoir le dernier mot, mais la population.

    Catégories : Champagne Ardenne, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Deuxième tour des élections régionales dans le grand est.

    Le deuxième tour des élections régionales va être une souffrance pour toutes celles et tous ceux qui sont épris de justice sociale !
    Et le débat est vif, comme il avait déjà été vif sur ce même sujet du second tour avant que les résultats du premier ne soient connus !
    Chacun explicite sa vision, ce qu'il fera dimanche : quelque soit la passion que l'on peut avoir pour défendre "son choix" stratégique, il convient à l'évidence de garder une certaine modération et d'éviter tout anathème : sinon, le FN, la droite, le PS, le MEDEF par dessus tout, auront gagné : ils auront réussi à diviser la seule alternative possible à la situation de crise de notre pays, celle qui s'en prend au monde de la finance, celle qui considère que l'austérité n'est pas inéluctable et que si austérité il doit y avoir, c'est pour le patronat, pas pour le peuple !
    Quelque soit le résultat de dimanche, la suite se fera, non dans l'institution régionale, mais dans l'action, dans la rue !
    Et quelque soit le résultat de dimanche, il y a urgence à porter un projet de société qui redonne espoir : nous en avons les bases. Et la magnifique campagne menée par Patrick Péron et tous les candidats, par Franck Tuot dans les Ardennes et tous les autres, a permis des rencontres merveilleuses, de quoi construire l'avenir. Merci à eux !
    Le vote de dimanche ne mérite donc pas de s'entredéchirer !
    Chacun réagit plus en fonction de son appréciation de ce qui va bouger dans l'opinion d'ici dimanche et donc de la capacité de son vote à changer le résultat, de son affect (certains défenseurs des opprimés se sentent obligés soudain de défendre Masseret, "l'opprimé de Valls"), du quand dira-t-on, de son appréciation des conséquences de l'élection d'un président de région FN, etc ... que de toute logique.
    Pour ma part, je voterai Richert. Pourquoi ?
    - déjà parce que je pense que donner la région au FHaine compliquera toutes les luttes à venir : comme je l'ai expliqué dans un précédent article, ce parti nauséabond vend des mirages. Certains pensent qu'il faut que les gens en fassent l'expérience ... sauf que je n'ai jamais été partisane de la politique du pire et qu'en plus leur donner la région, c'est leur donner des armes pour la conquête du pouvoir en France, d'autant plus que Philippot est dans le "politiquement correct" et le restera jusqu'aux élections présidentielles. Après, bonjour les dégâts !
    - le "quand dira-t-on ?" a toujours été le cadet de mes soucis ! Ceci dit, j'ai été un temps convaincue qu'il ne fallait pas de position officielle, parce que les amalgames se font si vite ! Mais il y a aussi besoin de débattre et donc de dire les choses précisément et tout compte fait, ceux qui font des amalgames sont plutôt des vieux anticommunistes primaires. Ils utilisent cela comme ils auraient utilisé n'importe quelle position !
    - la défense du "pauvre" Masseret me fait rire ! Son opposition au gouvernement n'est que circonstancielle et on ne l'a vu s'opposer à aucune des mesures destructrices prises par les Valls Hollande, même pas à la réforme territoriale.
    - la question qui mérite le plus débat est évidemment de savoir ce qui va bouger dans l'opinion d'ici dimanche. Nous ne sommes pas dans le Nord Pas de Calais Picardie où le total des voix de la gauche réunie pouvait passer devant la droite (ça c'est pour répondre à ceux qui veulent opposer les communistes du NPdCP à ceux du grand est !). La marche à franchir est trop énorme pour que Masseret ait une quelconque chance ! Tout du moins à mon avis. C'est vrai que certaines personnes votent plus facilement lors du second tour, mais c'est aussi vrai que vu l'offre qu'il y a ce n'est du tout certain que l'abstention soit moindre dimanche ! Les municipales ont aussi montré que lors du second tour de nombreux électeurs du FN du premier tour se tournaient vers la droite : coup de colère au premier tour et vote pour un parti plus prévisible dans sa gestion au second tour ou choix entre les deux listes arrivées en tête pour être efficace : dans ce second cas, la situation des régionales n'est pas celle des municipales à Reims ou Charleville Mézières. Le but est évidemment de faire barrage au FN. Si Masseret n'a aucune chance (et rappelons pour ceux qui l'ont oublié que la région, c'est maintenant avec l'Alsace et que l'Alsace était de droite), il faut tout faire pour que Richert soit élu, mais avec le moins de voix possibles pour ne pas pouvoir triompher ! Et là, c'est le coup de poker ! Abstention ou vote pour Richert ? Pour ma part, je préfère ne pas prendre le risque qu'il ne manque qu'une voix à Richert pour passer devant le FHaine !
    Le président de la République veut modifier la constitution : il ferait mieux de rétablir la proportionnelle pour les élections régionales, l'installer dans les autres que de prolonger des mesures antidémocratiques en rapport avec l'état d'urgence ! Cela nous éviterait de devoir jouer au poker !

    Catégories : Au fil des jours, Champagne Ardenne Lien permanent 13 commentaires
  • ARS et réforme territoriale : le gâchis et en plus la maltraitance des personnels !

    J'ai dans un article précédent donné quelques éléments sur le dernier conseil de surveillance de l'ARS de Champagne Ardenne (à relire en cliquant ici). Je ne vous avais pas parlé réforme territoriale. Pour cause, cela avait été traité en une phrase, le directeur indiquant qu'il ne pouvait en parler puisque le projet de réorganisation des services était avant tout soumis aux instances représentatives du personnel.
    Sauf que j'ai appris depuis que la concertation avec les personnels était faite en dépit du bon sens avec des documents transmis seulement deux heures avant le comité d'agence !
    Car évidemment, il faut faire vite pour que ça ne se sache pas ! Presque rien ne resterait à Chalons en Champagne, ce qui évidemment pose un problème majeur pour le personnel (avec déjà des statuts différents et pas forcément protecteur après la création des ARS) mais aussi pour l'emploi à Chalons et pour la santé globalement en région : déjà que la création des ARS faisait partie des réformes nuisibles, en plus maintenant les lieux de décision vont s'éloigner, manière de pouvoir prendre encore un peu plus de décisions en douce !

    Catégories : Champagne Ardenne, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire
  • Étonnante satisfaction de l'ARS de Champagne Ardenne

    Conseil de surveillance de l'ARS ce matin avec à l'ordre du jour le bilan de l'ARS Champagne Ardenne ! Beaucoup de choses faites d'après le directeur ! Dont la satisfaction d'avoir rétabli l'équilibre financier des hôpitaux !
    A quel prix ! Des suppressions d'emploi, des fermetures de services comme la maternité de Vitry le François.
    C'est en ce sens que je suis intervenue pour dire que outre ce qu'avait dit la présidente de la commission des usagers de l'ARS (qui avait dénoncé le manque de places en médico social, le manque de moyens pour la prévention et la division par deux du maigre budget consacré à la "démocratie sanitaire") auquel je souscrivais totalement, on ne pouvait être satisfait du rétablissement de l'équilibre financier des établissements hospitaliers, qui se traduisait par moins de personnel et donc une qualité des soins dégradées.
    Par ailleurs j'ai rebondi sur l'intervention du préfet qui avait expliqué qu'en Bretagne certaines communes avaient décidé de salarier des médecins en disant que le bureau de la conférence de territoire avait dans son avis sur le contrat local de santé de la communauté de communes Ardennes Rives de Meuse rajouter cette notion de salariat éventuel, qui correspond au souhait de certains jeunes.
    L'austérité nuit à la santé !

    Catégories : Champagne Ardenne, santé et protection sociale Lien permanent 0 commentaire